Une équipe EPITA termine à la deuxième place du premier Hackathon Facebook dédié aux étudiants en France !

retour_hackathon_facebook_france_challenge_equipe_etudiants_paris_epita_podium_technologie_lse_lrde_machine_learning_avril_2018_01.jpgActuellement en 3e année à l'EPITA, Alexandre Kirszenberg, Hugo Linsenmaier et Antoine Sainson (EPITA promo 2020) ont réussi à se hisser sur la deuxième place du podium à l'issue du premier Hackathon Facebook en France réservé aux étudiants ! Organisé à Paris les 7 et 8 avril 2018, ce challenge a réuni plus de 20 formations venues de différentes écoles et demandé à ses participants de concevoir un projet libre, en rapport ou non avec le célèbre réseau social. Antoine revient sur Introspect, le projet utlisant le machine learning qui a permis à son équipe de réaliser cette belle prestation.

retour_hackathon_facebook_france_challenge_equipe_etudiants_paris_epita_podium_technologie_lse_lrde_machine_learning_avril_2018_02.jpgL'équipe EPITéenne
De gauche à droite : Alexandre, Antoine et Hugo

Qu'est-ce qu'Introspect ?
Antoine Sainson : Il s'agit d'une extension Google Chrome proposant des indicateurs sur la manière dont un message peut être perçu sur les réseaux sociaux.

De quels indicateurs parle-t-on ?
Le premier indicateur est une barre d'emojis située sous la fenêtre de discussion Messenger, proposant en temps réel des smileys adaptés au sentiment général du message. Une fine ligne de couleur au-dessus de cette barre indique la tendance générale du message, si celui-ci peut être perçu positivement ou négativement, passant ainsi du rouge au vert. Enfin, un bouton « Trends » permet d'accéder aux statistiques de la conversation sur l'émotion des participants en fonction du temps, le tout segmenté en fonction des sujets abordés lors de cette même conversation.

Comment vous êtes-vous pris pour réaliser ce projet ?
Pour analyser les sentiments d'un message en temps réel, nous avons choisi d'utiliser un modèle pré-entraîné hébergé sur notre serveur, ainsi que les services du cloud Azure de Microsoft. Et dans le navigateur, nous utilisons JavaScript et React afin de remplacer les composants Facebook par les nôtres et ainsi exploiter l'API interne du réseau social pour nourrir nos modèles.

Etait-ce votre premier hackathon à tous les trois ?
Pas pour Alexandre, mais cela l'était pour Hugo et moi. À titre personnel, j'ai trouvé ça hyper sympa, ne serait-ce que pour avoir la possibilité de travailler dans les locaux de Facebook France, près d'Opéra.

Vous attendiez-vous à finir dans le trio de tête ?
Honnêtement, nous avons été agréablement surpris, même si c'est toujours décevant de terminer à la deuxième place, juste derrière le grand vainqueur. Il y avait tout de même beaucoup de bons projets présentés lors du hackathon : nous sommes contents d'avoir pu réaliser cette performance. Cela nous aussi permis de remporter des montres connectées, en plus d'autres goodies de l'organisateur.

Que va-t-il advenir du projet maintenant ?
Nous pensons à le développer encore avant de le rendre Open Source, le code d'Introspect nous appartenant. Nous comptons par exemple remplacer les modèles pré-entrainés par les nôtres, que nous n'avions pas le temps d'entraîner en 24 h, de sorte à ce que le projet soit libre de la contrainte d'utilisation des services Microsoft.

retour_hackathon_facebook_france_challenge_equipe_etudiants_paris_epita_podium_technologie_lse_lrde_machine_learning_avril_2018_03.jpg

Une particularité de votre équipe, c'est que vous êtes trois étudiants travaillant également dans les laboratoires de l'école en parallèle à votre cursus : Alexandre fait partie du LRDE quand Hugo et toi faites parties du LSE.
C'est vrai. Même si nous avions simplement l'envie de prendre part au hackathon, nous avions aussi à cœur de représenter nos laboratoires respectifs sur place. Cette deuxième place, c'est aussi la leur. D'ailleurs, le LRDE comme le LSE encouragent beaucoup leurs membres à prendre part à ce genre d'événements.

Et est-ce que cela t'a donné envie de prendre part à de futurs challenges ?
Absolument. Avec le LSE, nous prévoyons justement de participer à d'autres événements de ce type. Il faut dire que le format des hackathons est vraiment plaisant pour ceux qui étudient et travaillent dans l'informatique : au-delà de l'aspect compétition, c'est aussi un bon moyen de s'amuser et de rencontrer plein de gens intéressants dans une super ambiance.

retour_hackathon_facebook_france_challenge_equipe_etudiants_paris_epita_podium_technologie_lse_lrde_machine_learning_avril_2018_04.jpgretour_hackathon_facebook_france_challenge_equipe_etudiants_paris_epita_podium_technologie_lse_lrde_machine_learning_avril_2018_05.jpg

  • Catégorie :
    Innovation
  • Posté le :
    18/04/2018
  • Lien
  • Commentaires :
    (0)