« ETNA Online, c'est la formule que j'attendais »

En mars 2016, Abdel Halim Bel Abbes (ETNA promo 2019), alors en activité dans le Nord de la France, a choisi de suivre le cursus numérique d'ETNA Online pour obtenir un Master Architecte logiciel, développeur d'applications, titre RNCP niveau 1 bac+5 en informatique. Il revient sur les raisons qui l'ont poussé à franchir le pas de la reprise d'études.

temoignage_online_formation_cursus_master_projets_informatique_java-ee_metiers_passion_2018_02.jpgQuel a été votre parcours avant ETNA Online ?
Abdel Halim Bel Abbes : Après un bac STT d'informatique et de gestion, j'ai continué à l'université de Lille pour obtenir un DEUST BCEE, soit une spécialité informatique, en 2006. À partir de là, j'ai commencé à travailler. J'ai débuté chez TechCity Solutions, un centre d'appels où j'étais « aide-volante », c'est-à-dire celui qui encadrait les techniciens et leur apportait de l'aide en cas de problème. J'y officiais aussi en tant qu'assistant technique, à m'occuper de la maintenance des logiciels ou de la réalisation des supports de formation pour les techniciens. Après cette première expérience, j'ai intégré Canal+ et son service recouvrement pour un travail encore une fois assez technique autour de l'installation et la maintenance d'infrastructures, avec du suivi de technicien en appel, de qualité et de la formation. Suite à cela, j'ai intégré en 2012 une autre société, dooApp, un éditeur de logiciels spécialisés dans l'écoconstruction, pour occuper le poste de responsable support informatique jusqu'en 2017. J'étais chargé du suivi des besoins des utilisateurs, devais trouver des solutions aux bugs, prendre en compte les demandes d'amélioration, répondre aux questions commerciales, etc. En plus de ça, j'avais pour mission de gérer la phase de recettes du logiciel, c'est-à-dire le test du logiciel à chaque nouvelle version et la vérification de cette dernière afin de valider le départ en post-production, puis en production. Enfin, en tant que « porte-parole » des utilisateurs, j'étais aussi en étroite relation avec le chef de projet pour remonter de manière formalisée les demandes et suggestions pour apporter de nouvelles fonctionnalités. Et c'est lors de ma période chez dooApp que j'ai décidé de commencer un cursus via ETNA Online.

Pourquoi avoir décidé de reprendre vos études ?
Depuis mes débuts professionnels, je gardais en tête l'idée de poursuivre un jour mes études afin d'atteindre un niveau d'ingénieur, d'acquérir un diplôme et de gagner en reconnaissance. Malheureusement, ne m'étant jamais arrêté de travailler, j'ai longtemps mis cette ambition de côté. Les choses ont changé quand j'ai rencontré un étudiant de l'ETNA en alternance chez dooApp. J'ignorais qu'il existait une possibilité de se former 100 % à distance tout en gardant une vie professionnelle à côté. Dès que je l'ai découverte, j'ai contacté l'école pour en savoir plus. La formule me semblait bien moins contraignante que ce que j'avais pu voir par le passé. Je n'allais pas avoir besoin de me rendre à Paris toutes les trois semaines par exemple, juste de m'organiser afin de travailler chez moi le soir et le week-end. C'était la formule que j'attendais et j'ai sauté sur l'occasion.

Comment se passe le cursus ?
J'ai commencé ETNA Online en mars 2016, avec la Piscine initiale organisée sur le campus de Paris-Ivry. Les deux premiers mois ont forcément été un peu compliqués. Il faut apprendre à vite s'organiser pour ne pas partir dans tous les sens : on doit arriver à dispatcher du temps pour apprendre et du temps pour réaliser les projets demandés. Mais une fois le rythme pris, la progression se ressent rapidement. L'évolution est constante avec les différentes technologies appréhendées. En étant aujourd'hui à la fin de ma deuxième année, je me sens à l'aise, d'autant que j'ai pu déjà faire mes preuves auprès de mes employeurs. J'ai développé des projets au sein de dooApp, puis chez Atos Intégration en tant que développeur PHP en travaillant principalement avec le client Orange sur de nouvelles fonctionnalités pour un site de stockage interne. Je continue aujourd'hui au sein de mon nouvel employeur depuis le mois de mars 2018, Axa, chez qui j'ai commencé un nouveau travail de développeur Java EE (ou J2EE) sur un gros projet interne. En parallèle de mon travail, je développe des projets chez moi pour continuer à progresser.

Parmi les nombreux projets développés via ETNA Online, lequel vous a le plus marqué ?
Un projet nommé « Eben us » autour du J2EE, lancé en octobre 2017, tiré d'un cahier de charges du monde privé et donc ultra complet. Ce projet m'a éclaté de bout en bout et, au-delà de l'excellente note que j'ai pu avoir, il a surtout représenté un déclic. À l'époque, j'étais déjà à l'aise en Java, mais ce projet m'a donné envie de devenir véritablement développeur J2EE pour faire du Web. C'est le langage qui me plaît le plus désormais.

Comment conciliez-vous vie professionnelle et études ?
La clé, c'est de garder une bonne discipline et de ne rien lâcher. Il faut réussir à trouver un créneau pour se plonger dans la formation une heure par jour en semaine et ne pas hésiter à se réserver des après-midis le week-end pour apprendre toujours plus. C'est quasiment obligatoire car il n'est pas rare de devoir réaliser un projet sur une technologie que l'on ne connaît pas : il convient donc de s'auto-former ou de suivre les cours proposés par l'ETNA pour se familiariser avec la technologie afin de commencer la réalisation du projet. De toute façon, une fois le seuil de la première année franchi, on assimile de nouvelles choses plus rapidement.

Comment vos différents employeurs ont perçu votre évolution depuis la reprise de vos études ?
Ils ont été très sensibles à ma démarche. Voir un professionnel établi chercher une certaine reconnaissance par le diplôme et continuer à apprendre, cela correspond bien aux profils et aux valeurs qu'Atos et Axa recherchent par exemple. Ces entreprises veulent des personnes capables de faire face aux problématiques, de trouver une solution par leurs propres moyens. C'est un trait de caractère que je retrouvais déjà chez l'étudiant qui m'avait fait découvrir l'ETNA chez dooApp : cette école nous apprend énormément à nous débrouiller et à être autonomes. On doit avancer, être ingénieux et aller à l'essentiel sans perdre trop de temps : le but est d'être efficace tout en gardant une qualité de code. Sur certains problèmes, j'ai même parfois l'impression d'aller plus vite que des collègues passés par des cursus plus « classiques ».

Au fait, qu'est-ce qui vous a attiré dans l'informatique ?
Au moment où le PC et Internet commençaient à se démocratiser en France, j'avais 14-15 ans. D'une certaine manière, j'ai donc grandi là-dedans, avec cette chance de vivre à la bonne époque. Le soir, en rentrant de l'école, je travaillais ainsi sur ordinateur et, petit à petit, me suis intéressé plus en détail au monde de l'informatique. Je m'auto-formais même à la programmation, notamment sur le langage C... Très vite, j'ai eu envie de travailler dans ce domaine.

Que vous apporte le fait d'être développeur en entreprise ?
Le fait d'être développeur me donne l'impression d'évoluer dans un monde particulièrement zen. Même lors de périodes de run, où les équipes doivent un peu courir après le temps, la sérénité tend à régner. Cela s'explique par une forte cohésion avec mes collègues de travail, comme si l'on appartenait à une seule et même famille. Cela, c'est pour parler du cadre, de l'ambiance, de l'environnement de travail.
En ce qui concerne le travail en tant que tel, le développement pur en Back-End me plaît énormément. Développer des fonctionnalités, faire de la maintenance, corriger des bugs et voir directement les résultats m'apportent une grande satisfaction au quotidien. Surtout, j'ai toujours soif d'apprendre et de maîtriser les différents langages que j'use et rencontre au quotidien.

temoignage_etna_online_formation_cursus_master_projets_informatique_java-ee_metiers_passion_2018_01.jpg

Catégorie : L'actu | Postée le | Lien permanent