Le numérique au service de l'humanitaire

L'informatique et le numérique sont présents dans tous les domaines, des plus évidents (industrie du jeu vidéo) aux plus surprenants : l'humanitaire. Mais cette connexion se doit d'être faite, et ce le plus rapidement possible.
C'est en tout cas l'avis de l'auteur de ce TED Talk, Paul Conneally. Les conférences de TED sont des sources d'inspiration de plus en plus connues et cette vidéo en particulier est un bel exemple d'idée gagnant à être partagée.

Aujourd'hui, voici le portrait de Justine, lauréate du Trophée Excellencia, qui a choisi l'informatique après une hypokhâgne BL (Lettres et sciences sociales).

Pourquoi as-tu choisi l'EPITA?

J'ai décidé de me tourner vers l'ingénierie informatique parce que malgré mon intérêt pour les sciences humaines et en particulier l'histoire et les sciences sociales, j'ai réalisé que j'avais envie de changer le monde de manière concrète. C'est surtout cela qui m'a attirée vers l'ingénierie informatique. C'est aussi la première chose que les écoles telles que l'EPITA mettent en avant : « Venez inventer le monde de demain, les nouvelles technologies sont l'avenir ».

En termes de matières, je ne pensais pas particulièrement que l'enseignement des maths, de la physique ou de la programmation soit suffisant pour m'épanouir (bien que la programmation soit assez ludique). Mais en termes d'avenir professionnel, j'avais la certitude qu'un diplôme d'ingénieur informatique m'ouvrirait les portes de projets très intéressants.

Le choix de l'informatique, par Marlène de l'EPITA

Au moment de choisir l'informatique, Marlène a pensé qu'en tant que fille, ce choix n'était pas "normal". Elle n'a finalement écouté que son désir, et c'est pour combattre ce type de préjugés et d'autolimitations qu'elle s'engage pour que davantage de filles rejoignent les formations du numérique.

Marlène, pourquoi as-tu choisi l'informatique en particulier ?

C'est un domaine passionnant qui permet de comprendre comment réaliser des logiciels, des objets connectés, des robots, des objets que tout le monde utilise au quotidien: un domaine qui construit notre futur.

J'avais déjà quelques connaissances dans ce domaine grâce à mon père qui y travaille et surtout j'avais conscience de l'impact de l'informatique dans notre monde actuel et futur.

J'étais persuadée que c'était le domaine qui allait répondre à tous mes besoins car je l'adore, et pourtant je ne m'étais jamais dis, étant plus jeune, que c'est ce qui pourrait m'intéresser. Si je dois faire un bilan de ce qui s'est passé, j'ai toujours été passionnée et intriguée par l'informatique, mais je ne m'en rendais pas compte. Mes premiers pas avec l'ordinateur ont commencé lorsque j'avais à peine trois ans, et pourtant c'est seulement lorsque j'ai commencé ma seconde que j'ai pris vraiment conscience de ce que je voulais faire plus tard ... Pour ceux qui ne se rendent pas compte qu'en 2015, nous avons encore des problèmes de mixité : voilà l'impact que les préjugés ont eu sur ma vie, heureusement je m'en suis rendue compte à temps, et j'ai changé ma vision de l'informatique.

Le musée de Mossoul en version numérique

On le savait déjà, le numérique est partout. Mais lorsqu'il permet de ressusciter le musée de Mossoul récemment détruit par Daesh en proposant sa version numérique, il approfondit sa dimension humaine et contribue à sa mesure, à panser certaines plaies.

Journée de la femme: pourquoi entreprendre?


Oser se lancer dans l'entrepreunariat est certes une belle aventure. Ce n'est pas pour autant une évidence, en dépit de tous les avantages que l'entreprise représente. C'est pourquoi, que l'on soit homme ou femme, il est important de prendre conscience de certains freins inhérents à un systême de société.

Développeuse

  • Publié le
Développeuse


Interview de Prescilia, Développeuse chez Avanade

Pouvez-vous expliquer à une personne qui ne connaît rien en informatique ce que signifie être développeur ?

Focus sur le parcours d'une ancienne Epitech

  • Publié le
Focus sur le parcours d'une ancienne Epitech

La place des femmes dans le numérique est un enjeu essentiel, de niveau national. Epitech et L'EPITA ne cessent de se mobiliser pour encourager les jeunes filles à suivre des études en informatique pour intégrer le secteur du numérique.

L'exemple Charline

Charline Cassany, Epitech promo 2014 est aujourd'hui ingénieure Product Lifecycle Management (PLM) à Airbus Cimpa à Marignane, à côté de Marseille. Elle revient sur ce sujet de la mixité dans le secteur numérique, en compagnie de Nicolas Auve, responsable des ressources humaines (HRBP) d'Airbus Cimpa.

Stéréotypes

  • Publié le
Stéréotypes

"Il y a un modèle social pour chaque sexe, qui est un artefact, une construction sociale, c'est à dire que quand, au sein d'une même famille, il y a un garçon et une fille, il a été largement démontré qu'on éduque pas le garçon comme on éduque la petite fille. On va permettre au garçon d'avoir par exemple des objets de type train, avion hélicoptère. Qu'est ce que ces objets vont engendrer chez le garçon? Ils vont engendrer une possibilité symbolique de déplacement. D'occupation de l'espace. D'aller plus loin, plus vite etc. On va le construire en tant que garçon peu à peu. Et après certains diront ce sont de qualités masculines. Non, ce sont des construits masculins. Ce ne sont pas des qualités innées, ce sont des construits. On va donner plus volontiers aux petites filles, des poupées. Qu'est-ce qui va se passer? Quand j'ai une poupée, qu'est-ce que je fais, je suis déjà dans un monde tout à fait réduit, qui est tout petit et je parle à ma poupée comme ça, à 50 cm. Donc qu'est-ce qui se passe? Déjà je suis dans un espace excessivement plus réduit, et d'autre part, je travaille énormément mon relationnel. Puisque cette poupée, je vais lui demander si elle va bien, s'il faut la changer, s'il faut la coiffer... Qu'est-ce que j'ai fait dans ma journée etc. Donc je vais en fait peu à peu, cultiver des qualités, de relation, de prise en charge, etc. Donc petit à petit on voit bien que les constructions à partir d'un sexe donné, "se genrent" d'une certaine manière, finissent par être genrées, et s'inscrivent dans une conception sociale, sociétale, de ce qu'est supposé être un homme, et de ce qu'est supposé être une femme."

L'âme de la technique

  • Publié le
L'âme de la technique

Il est parfois difficile de se remémorer quel est le sens de la technique. Plongé que l'on est lorsqu'on travaille dans ce domaine, dans les contingences de l'innovation obligatoire. C'est donc avec joie que je suis tombée sur ce passage en relisant Saint-Exupery. Il apporte le recul littéraire dans lequel la technique peut retrouver de la profondeur, voir puiser de nouvelles ressources. Remplacez le mot "avion" par "numérique" "objets connectés" ou autres actualités, le texte demeure plein de justesse. Voici un extrait du livre d'Antoine de Saint-Exupery, Terre des hommes, intitulé "l'Avion":

Mari Doucet: itinéraire d'une littéraire dans l'informatique

Pouvez-vous nous parler de Talkactiv votre projet qui a remporté le trophée des EIP (Epitech Innovativ project) en 2014 ?

TalkActiv' est une application sur tablettes qui aide les personnes qui ont perdu l'usage de la parole, appelées personnes aphasiques. Les utilisateurs sélectionnent des images correspondant à des mots, notre intelligence artificielle assemble ces mots pour en faire des phrases, et nous utilisons une synthèse vocale qui parlera à la place des utilisateurs. Nous avons également fait le choix d'essayer de couvrir le plus grand nombre de pathologies. Ainsi une personne ayant perdu l'usage de ses mains, ou ne sachant plus lire peut également utiliser TalkActiv'. L'application a été développée en partenariat avec un Pôle Médical à Rennes, le Pôle Saint-Hélier, pour coller au plus près au besoin des utilisateurs. C'est un projet dont la première pierre a été posée en juin 2012 et que nous avons poursuivi au long de notre cursus à Epitech, en tant que projet de fin de 3ème année d'abord puis en tant qu'E.I.P ensuite. Aujourd'hui TalkActiv' devient un projet d'entreprise.