Ecole de commerce

Diplôme Grande École visé Bac+5, Grade de Master

Actualités et presse

Le siècle Russie, publié par Denys Pluvinage

Diplômé de l'ISG en 1973 et du New York Institute of Finance, Denys Pluvinage a travaillé trente ans à l'étranger dont quinze en Russie. Il enseigne la gestion en milieu interculturel à l'ISG depuis sept ans. Consultant, il est spécialiste des problèmes de gestion en milieu franco-russe.

Denys Pluvinage.jpg

Il s'agit de votre deuxième ouvrage sur la Russie ?

Mon premier livre s'intitulait « La culture russe des affaires » et remonte à 2012. Celui-ci se veut davantage comme un autre regard sur la Russie. Il est destiné aux Français qui s'intéressent à ce pays pour des raisons professionnelles ou personnelles. Il présente, dans une première partie, des témoignages de dirigeants français travaillant en Russie, comme le directeur général de Total, le président d'Alstom Russie, un investisseur institutionnel, un directeur français de Gazprom Bank ou deux jeunes entrepreneurs qui ont créé leur société à Moscou.

La seconde partie est une présentation de la Russie contemporaine et la troisième traite des problèmes culturels auxquelles les Français peuvent être confrontés. Le tout est replacé dans l'environnement géopolitique actuel.

Vous avez travaillé une quinzaine d'années en Russie. Qu'en avez-vous retenu ?

Lorsque je suis arrivé à Moscou en mars 1992, c'était la première fois que je passais derrière ce qui n'était déjà plus le « rideau de fer ». J'ai donc vécu de très près la transformation d'un pays qui est passé extrêmement rapidement et sans transition de l'économie socialiste à l'économie de marché. J'ai vu le travail des conseillers étrangers, le chaos à la fois politique, économique et social dans lequel la population a été jetée, le partage honteux des richesses entre un petit nombre d'initiés, un président impuissant mais soutenu par l'étranger.

Puis, à partir de 2000, la reprise en main de l'économie, de la politique par le deuxième président de la Fédération de Russie et le retour de la fierté dans la population. Une telle expérience, unique au monde et dans l'histoire, permet de prendre du recul sur l'ensemble des problèmes qui nous occupent. Elle permet aussi de se rendre compte « en grandeur nature » de l'importance des cultures nationales aussi bien dans la vie de tous les jours que dans la gestion des entreprises et de leur personnel.

ouvrage Denys Pluvinage_le siècle Russie.jpg

Comment expliquer le titre de votre ouvrage « Le Siècle Russie » ?

J'ai choisi ce titre parce qu'il représente bien, à mon avis, le rôle joué depuis le début du 21e siècle par la Russie. Quoi qu'il advienne maintenant, la Russie aura marqué le siècle en s'opposant à la mondialisation libérale et en revendiquant le droit de vivre, dans ses frontières, une autre expérience. A-t-elle raison ? L'avenir nous le dira, mais elle aura au moins tenté quelque chose de différent d'un système qui montre largement ses limites.


Quels enjeux met-il en lumière ?

Ce livre part d'un constat largement partagé : l'Europe ne peut se développer sans l'aide de la Russie. De son côté, la Russie a besoin des principaux pays européens pour l'équilibre de son économie. Les sanctions imposées par les États-Unis depuis deux ans ont quelque peu changé la donne mais, sur le fond, cette interdépendance subsistera toujours. Le but de ce livre est donc d'aider le lecteur français à comprendre la Russie et les Russes, et de présenter un regard différent de celui proposé par les médias.

C'est le regard de quelqu'un qui a vécu en Russie plus de quinze ans et qui travaille avec des sociétés russes depuis plus de vingt-deux ans. Le message n'est pas politique. Il s'agit de favoriser la compréhension mutuelle. D'ailleurs, dans le même ordre d'idées, je prépare maintenant un livre « symétrique » de celui-ci, construit sur le même modèle, qui visera à aider les Russes à mieux comprendre la France et les Français.

Vous êtes consultant en entreprise : l'expérience est-elle différente selon la nationalité de l'entreprise ?

L'expérience est effectivement très différente selon qu'il s'agit d'une entreprise russe ou d'une entreprise française. Mais je pourrais dire la même chose à propos de sociétés d'autres pays. La culture
nationale a une très grande influence sur le comportement des personnes et sur les comportements organisationnels. Ceci est d'ailleurs le sujet de mon cours à l'ISG.

Abonnez-vous
Suivez l'actualité
de l'école

Recherche

Chercher dans ce blog :

Archives

ISG approprie-toi le monde

A propos de l'ISG :

L'Institut Supérieur de Gestion (ISG), membre de IONIS Education Group, créé il y a près de 50 ans est une Grande Ecole de Commerce, visée par l'Etat, membre de la Conférence des Grandes Ecoles et du Chapitre des Ecoles de Management. Le diplôme Grande école de l’ISG est visé Bac+5 et confère le Grade de Master. Sa pédagogie innovante et en phase avec les entreprises est au service de sa mission : former des managers responsables, créatifs, entreprenants et aptes à évoluer à l’International. L’ISG s’appuie sur un réseau de 125 universités partenaires dans 50 pays et sur son association d’anciens élèves, comptant 20 000 diplômés. L'ISG propose des formations pour tous les profils, de Bac à Bac+5, mais aussi des programmes de formation continue et de VAE pour les personnes ayant déjà une expérience professionnelle. L’ISG forme chaque année près de 3 500 étudiants au sein de ses programmes. Depuis sa création, l'ISG a acquis une reconnaissance internationale, il est membre de l'EFMD, de l'AACSB de CLADEA, de l' AmCham et partenaire de l'UNIDO. Son laboratoire de recherche, le GRiiSG, a pour thèmes de recherche principaux : entrepreneuriat et marché, management et innovation et management des risques.
ISG. Make the world yours.