école de commerce

Diplôme bac+5, Visé par l'État, Grade de Master

Shangai Express 4 : vol au-dessus d'un nid de coucou

Grégoire Doxat, étudiant en Master Grande Ecole à l'ISG, de retour à Paris après son échange académique à Shangai, nous relate la suite de ses aventures, assaisonnées d'un humour helvétique au 10ème degré.

photo retouchée_Grégoire Doxat.jpgComme tous les matins, je m'éveille à 7h30. J'entends une petite musique venant de l'extérieur, en plus de celle qui résonne habituellement dans ma tête.

Ce sont les Chinois qui procèdent à leur gym matinale. Il est étrange de les voir ainsi, rangés en bataillon, personnes âgées et moins âgées suivant toutes la même chorégraphie. Dans ma tête, je vois le film « La 36e Chambre de Shaolin » de Liu Chia-Liang - LE film de Kung Fu à voir - mais la réalité est plus proche de « Kung Fu Panda », avec de mignons retraités cherchant à garder la forme.

Aujourd'hui est un grand jour car je pars pour Pékin. La Gare de Shanghai est immense et ressemble plus à un aéroport, on pourrait y disposer au moins 3 à 4 Gare du Nord à l'intérieur. Le train est un moyen de transport complexe à gérer, non que les 5 heures nécessaires pour rejoindre Pékin soient le bout du monde, mais nasalement parlant, pour l'occidental que je suis. En effet, nombreux sont ceux qui ont apporté leur repas fait maison. Cette odeur restera à jamais gravée dans ma mémoire...

Il faut savoir que la chose qui vous manque le plus à l'étranger, c'est la nourriture, d'autant plus quand on a goûté toute sa vie aux délices français. Pas un jour sans penser au vin rouge, au fromage ou à la charcuterie. Pour vous donner un exemple, c'est la première fois là-bas que j'ai goûté à un burger dont la viande panée était un mélange de crevette et de poulet. A la fin de mon séjour, j'avais perdu 6 kilos, je remercie le régime Chinois.

Arrivé à Pékin, je constate que cela n'a rien à voir avec Shanghai. En effet, Shanghai est en travaux, destruction des vieux quartiers et reconstruction de grandes tours. C'est une ville assez moderne.

Pékin est plus classique et moins étouffante, la culture chinoise y est plus présente. J'ai pu visiter de nombreux lieux. La place Tiananmen est immense et grouille de gens. La cité interdite est impressionnante, ce n'est pas Versailles mais c'est un symbole de la démesure chinoise. On y voit plus de Chinois que d'étrangers en visite, c'est comme une profession de foi pour eux. La plus belle surprise est à la fin, le jardin zen de l'empereur. Même si après s'être débattu contre une foule de Chinois, pour prendre en photo la chaise « perçée » de l'empereur, on a considérablement perdu en zénitude.

Le jour suivant, j'ai visité la muraille de Chine. Aujourd'hui encore, je maudis mes colocataires d'avoir choisi de la rejoindre à pied et non en téléphérique. J'ai monté un nombre de marches improbable, comme le dit Stromae « quand il y en a plus et bah il y en a encore ». Heureusement, je suis un sportif dans l'âme. La muraille de Chine montre que le protectionnisme est en quelque sorte inscrit dans leurs gènes !

Le retour de la muraille fut long mais en bus, j'ai dormi tout le long du trajet. Le chauffeur eût toutefois la gentillesse de s'assurer de mon réveil, grâce à une collision avec une voiture. Quoi de mieux qu'une petite marche tonique sur le bas-côté de l'autoroute post Muraille de Chine...

Pour lire les épisodes précédents : L'espoir - Les 2 Tours - Fight Club

Shangai : rendez-vous dans l'une des plus grandes mégalopoles mondiale

Etudiante en deuxième année du Master Grande Ecole à l'ISG, Salomé Soussi a choisi de s'envoler pour Shangaï le temps d'un semestre universitaire. Elle nous fait part de son quotidien et de son expérience à l'université dans une ville où les différences culturelles sont marquantes.

Salomé soussi_Shagai jour et nuit.jpg

Mes premières impressions

Ce semestre est pour moi une grande première. Avoir l'occasion de partir aussi longtemps à l'étranger, m'a permis d'exploiter au maximum les connaissances que j'ai pu acquérir ces dernières années à de l'ISG. J'ai toujours voulu partir à Shanghai pour mon semestre universitaire, sans jamais hésiter. Mes craintes sont apparues avant mon départ où mes a priori vis à vis de la culture chinoise et de leur mentalité se faisait ressentir. Lorsque je suis arrivée, mes sentiments étaient partagés entre l'excitation d'une nouvelle vie et l'appréhension de vivre dans un autre pays. La météo n'était pas au rendez-vous et le pic de pollution était au plus haut, ce qui n'arrangeait pas la situation. Cependant, plus les jours avancaient et plus cette ville ma conquise ! Mes premiers jours ont été rythmés par le nouvel an chinois, évènement traditionnel basé sur l'astrologie : discipline millénaire et très ancrée dans leur culture. Shanghai était presque vide et très calme car la plupart des citadins quittent les grandes villes pour célébrer le nouvel an avec leurs familles dans les campagnes.

Une installation sur la durée

Il m'a fallu du temps pour m'habituer au décalage horaire et pour prendre mes repères. Je suis arrivée deux semaines en avance, ce qui m'a permis de découvrir davantage la ville avant de commencer les cours. En chine, la plupart des locaux ne parlent pas anglais, ce qui crée un véritable problème de communication. Malgré mes deux années de cours de chinois à l'ISG, cela n'est pas suffisant pour pouvoir dialoguer et se faire comprendre. De ce fait, j'ai mis un peu plus de temps à faire certaines choses comme la location d'un appartement, l'achat d'un titre de transport... Je garde de bons souvenirs de ces instants qui parfois ont déclenché des fou rires, car les chinois restent très accueillants et serviables.
Pour le logement, j'ai choisi de faire de la colocation avec d'autres étudiants étrangers afin de partager encore plus de moments et d'enrichir mon séjour. Nous sommes installés à Jing'an, un quartier agréable et dynamique, où se trouve la rue commerçante la plus réputée de Shanghai : Nanjing Road. Les expatriés l'appellent même « les Champs Elysées de Shanghai ».

Salomé Soussi_shangai.jpg

Découverte d'une ville haute en couleur

Shanghai attire chaque année de nombreux touristes venus des quatre coins du monde pour y découvrir une ville au charme mystérieux et à la fois haute en couleur. Dès le premier jour, je suis partie me balader sur "le Bound", berges se situant le long de la rivière qui traverse la mégalopole et où la vue de Shangai est la plus emblématique. On y admire ces hauts gratte-ciel reflètant la puissance et la richesse économique de cette ville, capitale économique de la Chine. Cette ville est surprenante et regorge de multiples facettes, d'un côté nous avons les géants de verre et de l'autre le charme des petites ruelles, au beau milieu du quartier de la French Concession. Ce lieu me fait penser à la France par l'architecture mais également par son nom.

Il y a de nombreux cafés en terrasse, des boulangeries portant le nom de « Farine », passage incontournable lorsque l'on vit ici ainsi que de nombreuses petites boutiques me rappelant les quartiers comme Saint-Germain ou le Marais à Paris. Je m'y rend souvent le week-end pour bruncher et me balader avec mes colocataires car on y respire l'air quasi frais. Je suis très agréablement surprise de la beauté de cette ville, on y retrouve un mélange entre le charme de la Chine traditionnelle et contemporaine. En me promenant dans les rues de Shanghai, j'ai découvert un côté artistique que je ne connaissais pas chez les Chinois avec des rues remplies de dessins sur les murs, des tags et des statues.

Abonnez-vous
Suivez l'actualité
de l'école

Recherche

Chercher dans ce blog :

Archives

Nuage de tags

ISG approprie-toi le monde

A propos de l'ISG :

L'Institut Supérieur de Gestion (ISG), membre IONIS Education Group, créé il y a plus 40 ans est une Grande Ecole de Commerce, visée par l'Etat, membre de la Conférence des Grandes Ecoles et du Chapitre des Ecoles de Management. Le diplôme Programme grande école de l’ISG est visé bac+5 et confère le Grade de Master. Sa pédagogie innovante et en phase avec les entreprises est au service de sa mission : former des managers responsables, créatifs, entreprenants et aptes à évoluer à l’International. L’ISG s’appuie sur un réseau de 88 universités partenaires dans 35 pays et sur son association d’anciens élèves, comptant 19300 diplômés. L'ISG propose des formations pour tous les profils, de Bac à Bac+5, mais aussi des programmes de formation continue et de VAE pour les personnes ayant déjà une expérience professionnelle. L’ISG forme chaque année 1 650 étudiants au sein de ses programmes. Depuis sa création il y a plus de 40 ans, l'ISG a acquis une reconnaissance internationale grâce à l’accréditation ACBSP , il est aussi membre de l'EFMD et CLADEA. L'école est également membre de l'American Chamber of Paris, et partenaire de l'UNIDO. Son laboratoire de recherche, le GRiiSG, a pour thèmes de recherche principaux : entrepreneuriat et marché, management et innovation et management des risques.
ISG. Make the world yours.