école de commerce

Diplôme bac+5, Visé par l'État, Grade de Master

Macao : entre patrimoine portugais et modernité chinoise

Josiane HE, étudiante en 3ème année du Master Grande Ecole de l'ISG, nous apporte son témoignage sur ses premières semaines en Chine et notamment à Macao, ville qu'elle a choisie pour effectuer son échange universitaire.

Petite halte à Hong Kong
Etant passée par la ville de Hong Kong et hébergée par ma tante pendant la première semaine, j'ai pu apprécier l'immensité de la capitale, son dynamisme, et surtout la diversité culinaire offerte par cette dernière. En effet, ce fut la première différence culturelle qui a attiré mon attention : les consommateurs peuvent trouver leur bonheur à tout moment. Tous les restaurants proposent leurs services sans interruption, durant toute la journée, variant ainsi leurs menus en fonction de l'heure (des menus pour le petit‐déjeuner, le déjeuner ou pour le dîner). Cette habitude de consommation s'explique principalement par des heures de repas non fixes des salariés et surtout par le fait de grignoter systématiquement entre les différentes pauses.

Arrivée à Macao
Macao est une ville beaucoup moins peuplée (567 000 habitants en 2013 contre 7,2 millions à Hong Kong, soit 13 fois moins peuplée), mais les coutumes ne sont pas totalement différentes. Aller à Macao, en passant par Hong Kong, reste très pratique grâce aux compagnies de ferry qui relient les deux villes toutes les 15 minutes pendant la journée, en une heure de trajet. L'université d'accueil a proposé aux étudiants en échange universitaire, d'être accueillis et accompagnés par le personnel de l'établissement dès leur arrivée. J'ai beaucoup apprécié cette initiative car cela m'a permis d'éviter d'attendre avant de pouvoir m'installer dans la résidence universitaire et d'avoir quelques conseils concernant l'emplacement des épiceries, des banques, des établissements pour se procurer une carte SIM et une carte de transport...

Premières découvertes et curiosités...
Josiane HE1.JPGEn l'absence de métro, le principal moyen de transport reste le bus. Les habitants de Macao, les Macanais, traversent la ville en marchant, en bus, en scooter (moyen fortement apprécié par les habitants) ou encore en taxi. Même avec le Portugais comme une des langues officielles (les noms des rues sont en portugais et chinois), les Macanais sont majoritairement des chinois cantonais. Ne pouvant pas leur parler en anglais, j'avais quelques difficultés à trouver mon chemin... Certains refusaient catégoriquement de me répondre lorsque je parlais en anglais. Mais à partir du moment où j'ai commencé à communiquer en cantonnais, ils m'ont répondu de manière très enthousiaste et chaleureuse, allant jusqu'à m'accompagner jusqu'à destination. Il ne faut donc pas émettre de jugements dès les premiers échanges. Par contre, les règles de bonnes conduites sont complètement différentes. Par exemple, ne vous attendez pas à ce qu'on vous tienne la porte le temps que vous arriviez. Vous pouvez éructer sans vous excuser puisque dans la tradition chinoise, cela veut dire que vous avez apprécié la nourriture.

On ressent une influence occidentale dans l'architecture des immeubles et des petites ruelles pavées et jalonnées d'églises, souvenir du Portugal, qui a administré le pays durant plus de 400 ans.

Josiane HE2.JPG

Josiane HE3.JPG

Relié aux îles de Taipa et Coloane, les hôtels et casinos à Macao sont très impressionnants et très nombreux. Nous pouvons en trouver au minimum un sur chaque rue. L'économie de la ville se base principalement sur les activités des grands casinos et hôtels luxueux. Voici un des plus grands casinos à visiter : The Venetian, sur l'île de Taipa, reconnu comme le jumeau du Venetian de Las Vegas.

Josiane HE4.JPG

Premiers pas au Mexique

Anaïs Aiach est étudiante en dernière année de Master Grande Ecole, au sein du Parcours Associatif. Elle a choisi le Mexique pour son échange académique et partage avec nous ses premières impressions.

Anais AIACH-1.jpgArrivée au Mexique
Lorsque je suis arrivée à l'aéroport de Guadalajara au Mexique, il faisait nuit. J'étais anxieuse, avant mon départ nombreux sont ceux qui m'avaient mise en garde contre ce pays. J'ai rapidement trouvé une station de taxi et découvert un système assez intéressant pour nous les étrangers. Pour éviter les arnaques, il faut acheter un billet au comptoir à l'intérieur du Terminal, ensuite le prix est fixe selon la zone de la ville où l'on souhaite aller.

Quête d'un logement
N'ayant pas encore de logement - on m'avait conseillé de le chercher sur place - j'avais réservé une chambre chez une habitante, pour quatre nuits, grâce au site Airbnb. Mon hôtesse m'a été d'une aide précieuse : Guadalajara est cinq fois plus grand que Paris, il est difficile de savoir dans quel quartier habiter, comment se déplacer, où souscrire à un forfait mobile... Après avoir eu un numéro mexicain, j'ai pu obtenir des rendez-vous pour visiter différents appartements. Bien que 80% des étudiants étrangers privilégient des colocations en maison à plus de dix personnes, j'ai choisi un appartement. En effet, les colocations proposées sont bien souvent des lieux de rassemblement pour faire la fête, la propreté n'est pas toujours le mot d'ordre... Finalement, un étudiant italien est venu me proposer d'habiter avec lui dans un appartement avec trois chambres. J'ai accepté, avec un autre étudiant de l'ISG. Nous avons été charmés par le quartier (en plein centre de Guadalajara), la modernité, les services (salle de Gym, barbecue,piscine) et la sécurité de la résidence. Situé à une heure de l'école en bus (0,35€ le ticket) ou trente minutes en taxi (5,80€ le trajet) j'ai préféré habiter « loin » de l'école car le campus est très excentré.

Découverte de la ville et du mode de vie
Après mon installation, j'ai pu commencer à découvrir la ville. Je me souviens avoir été marquée par la gentillesse des mexicains. Dès qu'ils m'entendaient parler, ils me présentaient des mexicains parlant français, pour m'aider. Il est important pour eux de savoir si on se sent bien au Mexique et les raisons qui nous ont poussé à choisir leur pays comme destination. Le sentiment de sécurité dans les rues de Guadalajara m'a également marqué ! La police est très présente et contrairement aux idées reçues, se balader dans la rue portable en main n'a rien de dangereux. Cependant, il semblerait que ce ne soit pas le cas dans tous les états du pays...


Tous les 30 mètres des marchands ambulants proposent des tacos, des tortillas et surtout des fruits exotiques déjà découpés dans des gobelets. Concernant la nourriture, certains habitudes sont déroutantes pour une française : tacos au petit déjeuner, du piment tant bien dans les fruits que dans les bonbons ou encore l'heure du déjeuner, vers 15-16h. Quasiment tous les 100 mètres, on aperçoit des enseignes « Farmacias » ouvertes 24h/24, 7 jours/7. Ce sont de petits supermarchés, avec à l'intérieur une pharmacie.On peut consulter un médecin sur place (40 pesos mexicains soit 2,50€ la consultation), et acheter sur place les médicaments prescrits. C'est très pratique !

Le dimanche, la rue principale est fermée aux voitures, offrant ainsi des possibilités de spectacles de rue, des balades en vélo, des concerts...

En résumé, une impression plus que positive dès les premiers jours !

Abonnez-vous
Suivez l'actualité
de l'école

Recherche

Chercher dans ce blog :

Archives

Nuage de tags

ISG approprie-toi le monde

A propos de l'ISG :

L'Institut Supérieur de Gestion (ISG), membre IONIS Education Group, créé il y a plus 40 ans est une Grande Ecole de Commerce, visée par l'Etat, membre de la Conférence des Grandes Ecoles et du Chapitre des Ecoles de Management. Le diplôme Programme grande école de l’ISG est visé bac+5 et confère le Grade de Master. Sa pédagogie innovante et en phase avec les entreprises est au service de sa mission : former des managers responsables, créatifs, entreprenants et aptes à évoluer à l’International. L’ISG s’appuie sur un réseau de 88 universités partenaires dans 35 pays et sur son association d’anciens élèves, comptant 19300 diplômés. L'ISG propose des formations pour tous les profils, de Bac à Bac+5, mais aussi des programmes de formation continue et de VAE pour les personnes ayant déjà une expérience professionnelle. L’ISG forme chaque année 1 650 étudiants au sein de ses programmes. Depuis sa création il y a plus de 40 ans, l'ISG a acquis une reconnaissance internationale grâce à l’accréditation ACBSP , il est aussi membre de l'EFMD et CLADEA. L'école est également membre de l'American Chamber of Paris, et partenaire de l'UNIDO. Son laboratoire de recherche, le GRiiSG, a pour thèmes de recherche principaux : entrepreneuriat et marché, management et innovation et management des risques.
ISG. Make the world yours.