école de commerce

Diplôme bac+5, Visé par l'État, Grade de Master

Direction la Russie !

Étudiante en dernière année du Master Grande École, Johanna Hauser est partie à Saint-Pétersbourg dans le cadre de son échange académique. Johanna partage avec nous ses premiers jours sur place.

Choc climatique

Johanna.pngQuand je suis arrivée à St Pétersbourg, mes premières pensées ont été à la température et au climat. En février, les températures étaient hivernales à Paris, mais rien comparées à celles de St Pétersbourg. Il y avait des tempêtes de neiges et les températures avoisinaient les -30 degrés !
En y repensant, je pense que ça a été le premier vrai choc culturel !

Une fois la barrière du froid passée, un deuxième obstacle s'est imposé à moi, la langue !
On peut penser que dans une grande ville comme celle-ci, la plupart des gens parlent anglais, mais en réalité non ! Les étudiants et quelques jeunes parlent anglais (ou tout du moins réussissent à se faire comprendre) mais dans les commerces, les transports ou les musées, les personnes ne parlent que le russe. La première fois que je suis allée faire des courses dans un supermarché, je cherchais du sucre, j'ai demandé à une employée si elle pouvait m'aider, impossible de communiquer avec elle ! Je l'ai finalement trouvé après avoir cherché pendant 15 minutes dans tout le magasin. Après les petits soucis du quotidien (les courses, le métro, acheter un abonnement téléphonique..), j'ai commencé à parcourir la ville et ses merveilles.

Une ville pleine de surprises

Joahanna 2.pngAvant de partir, j'avais acheté quelques guides pour découvrir ce à quoi je devais m'attendre, j'avais également cherché sur internet, et regardé des photos, mais en réalité, ça n'a absolument rien à voir. Ici, tout est différent ; les gens, les magasins, les musées, les bâtiments.. En centre-ville tous les bâtiments sont colorés, jaunes, rouges, bleus, verts, rares sont les immeubles gris.
En s'éloignant un peu du centre-ville, on s'aperçoit rapidement qu'il y a des vestiges de l'URSS, mais c'est ce qui fait la beauté de St Pétersbourg, le contraste entre les bâtiments à 5 étages qui se ressemblent tous, en briques grisâtres et les splendeurs telles que l'Hermitage, l'Eglise du Saint-Sauveur-sur-le-Sang-Versé ou bien la cathédrale St Nicolas.

Johanna 3.pngJ'ai eu la chance de voir les différents climats ici. A mon arrivée, St Pétersbourg était couvert de neige. Après une chute de neige, lorsque le soleil réussi à percer les nuages, il n'y a pas de spectacle plus remarquable. On peut voir la Neva complètement gelée sur des dizaines de kilomètres, les Russes et les touristes marchent dessus, font même des parties de football, et se prennent en photo sur cette gigantesque rivière glacée. Aujourd'hui, maintenant que les températures se sont un peu réchauffées, je découvre un nouveau St Pétersbourg. Une ville où il est agréable de se promener en pleine après-midi au soleil sur Nevski Prospect, traverser les innombrables ponts et contempler les splendeurs de cette ville.

Quelques jours après mon arrivée, nous avions rendez-vous à l'école pour un amphi d'accueil où j'ai pu rencontrer les autres étudiants en échange. J'ai alors découvert à ma grande surprise que les Français étaient nombreux. Malgré la facilité qui s'ouvrait à moi, je suis allée vers les autres étudiants étrangers. Ils viennent de toute l'Europe (République Tchèque, Slovénie, Finlande, Allemagne, Italie, Portugal), j'ai ainsi pu découvrir les autres cultures et découvrir pourquoi ils ont eu envie comme moi de venir en Russie.

Aujourd'hui, après avoir déjà passé deux mois ici, je peux voir qu'il y a une réelle cohésion entre tous les exchange students, nous nous voyons souvent en dehors de l'école. Celle-ci a été permise par l'équipe de buddies de l'université, qui, dès notre arrivée nous avait organisé 2 semaines de visites guidées, de découvertes et d'activités en tous genres. Mon adaptation à la vie russe a été assez rapide, je me suis familiarisée avec la culture, les coutumes, les transports, la vie en général ici ; cependant le seul point auquel je ne suis toujours pas habituée est la météo. Il peut y avoir une gigantesque averse qui inonde les trottoirs et les routes et 5 minutes plus tard, un magnifique soleil. Il peut faire très froid dans la rue et une fois rentrée dans le métro ou dans les magasins, la chaleur vous frappe au visage.

Johanna 4.png

Cap sur l'Argentine !

Étudiante en dernière année du Master Grande École, Alice Coat est partie à Buenos Aires en Argentine dans le cadre de son échange académique. Alice partage avec nous ses premiers jours sur place.

J'ai toujours eu un attrait prononcé pour les pays d'Amérique latine, car ils ont une véritable identité culturelle.
En arrivant pour la première fois en Argentine, j'ai tout de suite constaté que j'allais découvrir un pays immense offrant de multiple opportunités (culturelles, voyages, apprentissage...).

Une culture pas si éloignée de la nôtre

4c410251e0146b2edd2b8b1d64a02047-buenos-aires.jpgBuenos Aires est une grande ville scindée en longues avenues. Cette ville est toujours active, que ce soit le jour ou la nuit. Elle regorge de parcs où l'on peut se détendre en dégustant son maté, de restaurants/bars pour prendre du bon temps et de quartiers extrêmement divers. La capitale argentine mêle la modernité avec le charme et la chaleur d'Amérique latine.
Contrairement à ce que je pouvais penser, compte tenu de l'éloignement, l'adaptation ne fut pas si rude... Je ne parlerais pas d'un réel choc culturel ! Buenos Aires est une ville qui a, par le passé, accueilli de nombreux immigrés, originaires d'Italie ou encore d'Espagne. J'ai ainsi pu retrouver une certaine culture latine, que l'on maîtrise bien, nous Français, grâce à nos voisins d'Europe du sud. Mais, attention les filles ! Ce n'est pas un cliché, les Argentins sont très séducteurs, je dirais même « légèrement » entreprenants !

Coat.pngL'installation fut ardue ! Au début, étant peu renseignées sur les différents quartiers de Buenos Aires, Claire (mon acolyte d'échange) et moi-même avons rencontré quelques mésaventures. Buenos Aires est une ville très agréable, néanmoins il ne faut pas oublier qu'il y a encore quelques problèmes de sécurité. Nous avons donc dû faire nos investigations immobilières afin de trouver un quartier agréable et sécurisant. Mais tout est bien qui finit bien, nous nous sommes installées dans un quartier très charmant : Palermo. Cette aventure a été formatrice et nous a permis d'apprendre à être réactives.

Une ville à plusieurs facettes

Coat 2.pngUne fois bien installée, je n'attendais plus qu'une chose : découvrir et visiter la ville ! La chose la plus frappante est de constater que Buenos Aires est une ville à plusieurs facettes. Chaque quartier a une ambiance distincte et unique. A chaque nouveaux pas, je me retrouve dans un nouvel univers : Recoleta et ses demeures luxueuses, San Telmo pour la culture historique, Palermo et son côté « hippie chic », La Boca avec ses façades colorées...
Afin de découvrir le pays, avec Claire, nous avions choisi d'arriver quelques semaines avant notre rentrée universitaire. Notre souhait était de sillonner la Patagonie ! A nous, Ushuaia, le fameux Perito Moreno, la randonnée de 20km (et oui) pour admirer le Fitz Roy... Ce voyage fut tout simplement magnifique ! Amoureux de la nature, faîtes vos valises, vous ne serez pas déçus !

Coat 3.png

Abonnez-vous
Suivez l'actualité
de l'école

Recherche

Chercher dans ce blog :

Archives

Nuage de tags

ISG approprie-toi le monde

A propos de l'ISG :

L'Institut Supérieur de Gestion (ISG), membre IONIS Education Group, créé il y a plus 40 ans est une Grande Ecole de Commerce, visée par l'Etat, membre de la Conférence des Grandes Ecoles et du Chapitre des Ecoles de Management. Le diplôme Programme grande école de l’ISG est visé bac+5 et confère le Grade de Master. Sa pédagogie innovante et en phase avec les entreprises est au service de sa mission : former des managers responsables, créatifs, entreprenants et aptes à évoluer à l’International. L’ISG s’appuie sur un réseau de 88 universités partenaires dans 35 pays et sur son association d’anciens élèves, comptant 19300 diplômés. L'ISG propose des formations pour tous les profils, de Bac à Bac+5, mais aussi des programmes de formation continue et de VAE pour les personnes ayant déjà une expérience professionnelle. L’ISG forme chaque année 1 650 étudiants au sein de ses programmes. Depuis sa création il y a plus de 40 ans, l'ISG a acquis une reconnaissance internationale grâce à l’accréditation ACBSP , il est aussi membre de l'EFMD et CLADEA. L'école est également membre de l'American Chamber of Paris, et partenaire de l'UNIDO. Son laboratoire de recherche, le GRiiSG, a pour thèmes de recherche principaux : entrepreneuriat et marché, management et innovation et management des risques.
ISG. Make the world yours.