école de commerce

Diplôme bac+5, Visé par l'État, Grade de Master

Mes premiers pas en Australie

Étudiant en dernière année du Master Grande École, Arthur Estebe est parti à Sydney en Australie dans le cadre de son échange académique. Arthur partage avec nous ses premiers jours sur place.

Cap sur Sydney..

C'est en compagnie de trois de mes camarades de l'ISG, Mehdi, Diane et Pierre-Arthur que j'ai pris l'avion direction Sydney ! Première mission, une fois arrivés sur place : mettre le cap sur l'hôtel, réservé la veille en urgence ! C'était un appartement-hôtel Meriton, idéal pour se remettre du vol.

Louer un appartement..

arthur.jpgEn Australie, il faut savoir que les agences immobilières n'ont pas du tout le même fonctionnement qu'en France. Pour les étudiants en recherche d'appartement, c'est un vrai challenge ! Entre les agents immobiliers qui ne veulent pas entendre parler d'étudiants et le fait que nous soyons français, cela n'as pas été facile. Nous nous sommes donc mis à chercher un appartement sur realestate.com.au. Et après deux semaines de recherches et une dizaine de visites... nous n'avions toujours pas de réponse favorable pour notre location. Mais heureusement, quelques jours plus tard, nous avons enfin pu nous installer dans une maison située à Chatswood, à quelques kilomètres de Sydney CBD, le second Chinatown de Sydney.

Les premiers jours..

arthur 2.jpgPour moi, l'Australie est synonyme d'océan ! Donc c'est naturellement que ma première sortie s'est portée sur une plongée chasse sous-marine.

Notre premier jour à l'université était vraiment génial ! Ils avaient organisé une semaine d'accueil pour permettre aux étudiants de découvrir le campus et les alentours avec plein d'activités.Ce campus est magnifique, j'ai l'impression d'étudier à Poudlard. L'école est surnommée « Castle on the Hill » comme dans la chanson d'Ed Sheeran. L'ICMS a d'ailleurs accueilli l'équipe du film « The Great Gatsby » et servi de lieu de tournage pour la demeure de Jay Gatsby.

ICMS-Media-4.jpgCette université est une mini-ville, à l'image des universités américaines, mais avec la plage à ses pieds. Il y a quelques années, elle abritait même un couvent dont on peut encore voir les traces dans les couloirs de l'école.

Mais le point vraiment positif, est que cette université est un melting-pot culturel, il y a des étudiants de toutes les nationalités, des Américains, des Européens, des Asiatiques, nous allons passer une excellente année, je suis impatient de découvrir le reste !

arthur 5.jpg

Entre tradition et modernité, bienvenue à Taïwan !

Étudiante en dernière année du Master Grande École, Audrey Harel est partie à Taïwan dans le cadre de son échange académique. Audrey partage avec nous ses premières aventures sur place.

Dès Taoyuan Airport, j'ai vu se côtoyer des rizières, des vieux bâtiments industriels, des routes surélevées, des bus et des scooters qui roulent à vivent allure. C'est Taïwan, un pays dynamique, moderne mais qui garde son côté typique. Le contraste entre le nouveau et l'ancien continue jusque dans Taichung, la ville où j'effectue mon échange universitaire !

Longshane Temple 2.jpg

Choc culturel..

harel (2).jpgMa première impression a été celle d'une ville fantôme l'après-midi et d'une vraie fourmilière à la nuit tombée. Le décalage jour-nuit est incroyable, de même que leur habitude de manger et boire à n'importe quelle heure. Les « Tea shops », les stands de nourriture sont partout dans les rues. Un autre aspect de la vie quotidienne que j'ai trouvé surprenant à Taïwan, est l'interdiction de jeter du papier toilette dans les toilettes ! Question d'écologie ? Le dépaysement est tel que la fatigue s'est fait ressentir très vite. Les bruits, les odeurs, la langue et le décalage horaire ont fait que les premiers temps ont été très épuisants.

SPACE

Premiers pas dans Taichung...

harel (1).jpgAprès quelques jours passés à l'hôtel, nous avons eu la chance de trouver rapidement un appartement grâce au système de correspondants mis en place par Feng Chia University. Le magasin Carrefour, le marché de nuit et l'université sont à cinq minutes de notre appartement, et certain bus sont gratuits, ce qui nous permet de visiter les alentours gratuitement !

Un système similaire à celui des "Vélo Lib" existe ici, ce sont les I-Bike, très pratique et peu cher mais dangereux. La circulation routière est dominée par les scooters. La non-existence des trottoirs fait d'une balade, un périple périlleux où l'on doit être vigilent et slalomer entre les scooters tout en faisant attention à la signalisation.

A Taïwan, les 7/11, les Family Mart sont les "convenient stores" les plus pratiques qu'ils soient. Ouverts 24h/24, vous pouvez aisément payer vos factures à 2h du matin ou faire un petit réapprovisionnement alimentaire nocturne. Les Taïwanais vivent la nuit, j'ai dû adapter mon rythme au leur !

La vie taïwanaise..

harel (3).jpgPour les habitués des bars et des boîtes de nuit, Taichung n'est certainement pas la ville la plus branchée pour faire la « fiesta » mais plutôt pour déguster des festins. Le plus excitant à faire ici, est de voir le "countryside", les marchés de nuits, visiter les villages, faire des randonnées et aller à la rencontre des gens ! Le marché de nuit Feng Chia Night Market est à quelques minutes de l'université. Comment résister et ne pas y aller manger un morceau à la fin des cours ?

Les endroits touristiques comme la Tour de Taipei 101, le Mémorial de Tchang Kaï-chek et de Sun Yat-Set ou encore Sun Moon Lake sont bien sûr incontournables. Mais les villes comme Tainan ou des endroits comme Purple Lavender Cottage ou Rainbow village à Taichung ont beaucoup à nous apprendre sur la culture taïwanaise. Des temples vous ouvriront leurs portes à chaque coin de rue et vous pourrez vous imprégner de l'ambiance, des coutumes, des musiques et de l' odeur de l'encens, qui brûle toute la journée.

Les transports en commun..

Confucius Temple.jpgA Taïwan, on peut facilement se déplacer grâce à un système de bus qui permet d'aller à Tapei pour 14€ aller-retour. Les bus sont rapides, confortables et moins chers que le HSR- High Speed Rail ! Certes, le bus met 2h sans embouteillages pour aller à Taipei contre 45 minutes en HSR mais pour des bourses étudiantes, je pense que c'est le meilleur moyen de visiter l'île et de bouger à petit budget !


harel (4).jpgDans la vie courante, je dirais que les Taïwanais sont timides mais certains n'hésitent pas à vous sourire ou entamer une conversation. C'est comme cela que j'ai pu me faire quelques amis à l'université. C'est en poursuivant les choses qu'on aime qu'on peut rencontrer d'aussi belles personnes !

Abonnez-vous
Suivez l'actualité
de l'école

Recherche

Chercher dans ce blog :

Archives

Nuage de tags

ISG approprie-toi le monde

A propos de l'ISG :

L'Institut Supérieur de Gestion (ISG), membre IONIS Education Group, créé il y a plus 40 ans est une Grande Ecole de Commerce, visée par l'Etat, membre de la Conférence des Grandes Ecoles et du Chapitre des Ecoles de Management. Le diplôme Programme grande école de l’ISG est visé bac+5 et confère le Grade de Master. Sa pédagogie innovante et en phase avec les entreprises est au service de sa mission : former des managers responsables, créatifs, entreprenants et aptes à évoluer à l’International. L’ISG s’appuie sur un réseau de 88 universités partenaires dans 35 pays et sur son association d’anciens élèves, comptant 19300 diplômés. L'ISG propose des formations pour tous les profils, de Bac à Bac+5, mais aussi des programmes de formation continue et de VAE pour les personnes ayant déjà une expérience professionnelle. L’ISG forme chaque année 1 650 étudiants au sein de ses programmes. Depuis sa création il y a plus de 40 ans, l'ISG a acquis une reconnaissance internationale grâce à l’accréditation ACBSP , il est aussi membre de l'EFMD et CLADEA. L'école est également membre de l'American Chamber of Paris, et partenaire de l'UNIDO. Son laboratoire de recherche, le GRiiSG, a pour thèmes de recherche principaux : entrepreneuriat et marché, management et innovation et management des risques.
ISG. Make the world yours.