école de commerce

Diplôme bac+5, Visé par l'État, Grade de Master

Astrid dans la peau d'une étudiante américaine

Astrid Mac Garry est étudiante au sein de l'International Track, le parcours 100% anglophone du Master Grande Ecole de l'ISG. Dans le cadre de l'échange académique de 2 semestres en dernière année, elle a choisi de vivre une expérience à l'américaine sur le campus de la Californian State University Monterey Bay.

Les raisons de mon choix
J'ai vécu huit ans aux Etats-Unis en Arkansas avec ma famille, j'ai donc eu la chance de pouvoir connaître une partie des Etats-Unis auparavant. Mon choix de destination pour cet échange académique s'est construit, non seulement en prenant en compte les atouts de la Californian State University Monterey Bay, mais également sur les attraits de la ville et l'endroit en lui même. La Californie décrite comme un paradis ensoleillé de la classe moyenne américaine, demeure l'Etat le plus riche des Etats-Unis, grâce à une économie diversifiée et innovante. Mais, ce que je retiens c'est que la Californie a surtout une richesse dans sa nature. Elle est constituée de parcs nationaux comme Yosemite et de villes extraordinaires, comme San Francisco avec ses maisons au style victorien et bien sûr d'un sanctuaire marin incroyable et infini.
Monterey Bay est très européanisée. Cela fut un point très agréable et je pense moins dépaysant pour beaucoup d'étudiants internationaux. En effet, il y a une présence de boulangeries françaises, restaurants français, allemand... et une population européenne installée Monterey et aux alentours. En dehors de la ville, le comté de Monterey regorge de paysages magiques, de plages de sable fin et d'immenses falaises à couper le souffle. Je ne me fatiguerais jamais de continuer à les explorer.

Astrid MacGarry2.png

Mon adaptation dans le pays d'accueil
J'imagine que le fait d'avoir déjà vécu aux Etats-Unis m'a considérablement aidé dans mon adaptation sur le campus. Néanmoins, c'était la première fois que je vivais toute seule et l'idée d'étudier dans une université américaine et de vivre sur le campus avec des étudiants inconnus était très nouvelle pour moi. Les premiers jours ont été difficiles et mouvementés. Je ne connaissais personne et je suis arrivée tard le soir, je n'avais donc pas de logement avant le lendemain. J'ai choisi de dormir à l'hôtel en attendant. Puis, j'ai appris que je partagerais ma chambre et vivrais avec trois autres étudiantes dans un appartement, une allemande et deux américaines. Au début, j'étais assez stressée à cette idée mais une fois que je les avais rencontrées, je me suis tout de suite sentie moins seule et plus à l'aise.
Un des aspects compliqués était les transports car le seul moyen de locomotion pour la plupart des étudiants sans voiture était les bus. Certains bus seulement passaient à côté de chez nous et les horaires étaient difficiles à comprendre. Mais comme toute chose, on s'y habitue et ce qui est rassurant c'est qu'on n'est jamais très seul. L'avantage d'habiter sur un campus, c'est qu'on est entouré d'autres étudiants et les américains sont toujours prêts à aider les étudiants internationaux.

Des découvertes à ne pas manquer !
Il y a beaucoup d'activités proposées par l'université afin que les étudiants puissent s'occuper, se divertir et découvrir la région : randonnées, camping, surf... Il y a tellement d'opportunités pour visiter, il faut juste savoir les saisir. En effet, la plage est à 5 minutes, il est alors si facile de pouvoir aller surfer ou même se balader. J'ai également campé une nuit à Big Sur (Andrews Moleras State Park), un endroit vraiment magnifique. Je suis souvent allée me promener le long des différentes plages, comme celle de carmel au sable blanc, en regardant les couchés de soleil avec les dauphins qui sautent dans les vagues.
J'ai aussi eu l'occasion de visiter Santa Cruz plusieurs fois car cette ville se trouve seulement à 45 minutes du campus en voiture. Puis, j'ai voyagé à Los Angeles et Las Vegas avec un grand groupe d'étudiants. Nous avons tiré au pistolet dans un ranch, traversé la mémorable Highway 1, marché sur le fameux Hollywood Boulevard et enfin visiter les hôtels si impressionnants et les casinos gigantesques de Las Vegas. Mais surtout nous avons créé des moments qui aujourd'hui font partie de mes souvenirs les plus inoubliables.

Astric Macgarry3.pngVivre sur un campus américain
Concernant la vie étudiante, il est très facile de faire des rencontres. Les américains sont plutôt ouverts, que ce soit avec un étudiant en cours ou avec quelqu'un à l'arrêt de bus, la conversation se fait naturellement. Ils sont particulièrement ouverts aux étudiants internationaux et prêts à nous aider. Les étudiants pratiquent des activités sportives entre eux et sont très soudés.
J'ai également eu l'opportunité de travailler sur le campus. Après beaucoup de persévérance, j'ai finalement été embauchée chez Starbucks. J'ai adoré mon travail, même si le rythme était intense car la queue de clients ne s'arrête jamais. En effet, c'est agréable de travailler avec de jeunes étudiants. Il y avait une bonne ambiance et ça m'a permis de faire plus de rencontres.
On prend vite le rythme des cours et des sorties le weekend. On s'entraide tous et on partage beaucoup de choses, mais surtout on cherche à découvrir toujours plus afin de s'intégrer au pays. Nous avions l'occasion de passer beaucoup de temps les uns chez les autres, où nous organisions différentes soirées car les logements sont très proches les uns des autres. Cela nous permettait de rencontrer de nombreux étudiants, surtout internationaux, qui sont pratiquement tous logé sur le East Campus. L'université organise également des soirées dans une salle tous les vendredis avec un DJ.

Bilan d'une expérience enrichissante
J'ai appris à travailler en équipe et cela est probablement une des choses qui m'a été le plus bénéfique concernant mes études dans cette université. En effet, il y avait beaucoup de projets à faire en groupe et cela m'a permis de me rendre compte des aspects indispensables au succès d'un projet en équipe. J'ai également appris à mieux organiser mon temps et à le ménager. De plus, j'ai appris un nouveau travail et j'ai réussis à le mener à bien en parallèle de mes études. J'ai bien évidemment amélioré mon anglais au niveau de l'écrit et je me suis adaptée au système d'éducation américain . Cette expérience a donc été très bénéfique tant au niveau personnel que professionnel.

Etudier un semestre à l'étranger : bilan d'une expérience enrichissante

Camille Lamy, étudiante en 3ème année du Master Grande Ecole de l'ISG, a intégré l'université Carlos III de Madrid en échange académique.

Camille Lamy-3.pngLes apports en termes de connaissances et de compétences
Le but premier de mon expérience était d'acquérir certaines compétences linguistiques et d'en compléter d'autres. Ce semestre m'a permis de renforcer mon anglais et d'augmenter mon vocabulaire en espagnol en échangeant avec les étudiants Erasmus et locaux. En plus de ces acquis, j'ai développé des qualités d'écoute et suis aujourd'hui en mesure d'alterner entre une langue et l'autre rapidement. La compétence que chaque étudiant Erasmus développe en premier lieu est sa capacité d'adaptation : sortie de sa « zone de confort », on comprend très vite qu'il faut s'adapter au mode de vie local pour s'en imprégner et optimiser son apprentissage. J'ai développé mon ouverture d'esprit et beaucoup appris de la culture espagnole. Ceci a été rendu possible par la durée de mon échange : la compréhension approfondie d'une culture demande du temps, de l'observation et est donc difficilement applicable lors d'un séjour touristique.

On gagne également en persévérance puisque l'on ne peut compter que sur soi. J'illustrerais cette nécessité d'être opiniâtre avec deux exemples simples : arrivée sur place, il faut trouver un logement, il est donc impossible d'échouer et de rester sans hébergement. Ceci allié avec un désir d'optimiser son budget, il faut savoir garder un moral d'acier en toutes circonstances et ne pas baisser les bras. En second lieu, il ne faut jamais abandonner son envie d'apprendre et c'est un défi ambitieux de réussir à étudier comme si l'on était dans la peau d'un étudiant espagnol lambda. Les nombreux défis auxquels j'ai été confrontée m'ont aidée à mieux me connaître afin d'appréhender sereinement la suite de mon échange. Enfin, il est formateur de découvrir un système éducatif différent du nôtre. J'ai noté le crédit accordé à l'apprentissage des langues qui me semble plus important en Espagne. Les étudiants que j'ai côtoyés pendant mon semestre étaient, pour la majorité, totalement bilingues en anglais et maitrisaient au moins deux autres langues.

Camille Lamy-2.png
Mes appréhensions de l'expatriation
Dès le départ, j'ai perçu mon échange comme une réelle opportunité d'assurer mon développement personnel. Ce nouveau challenge devait me permettre de consolider mes acquis et de développer mes aptitudes professionnelles. Forte de cette expérience, j'appréhende la recherche d'un stage de fin d'études avec plus de sérénité. Je n'avais pas de réels doutes en m'envolant vers l'Espagne. La culture y est très similaire à la nôtre et leur mode de vie est tout à fait adapté à une vie étudiante. Je savais que je ne serai pas confrontée à une manière de vivre trop éloignée de la mienne et c'est un des facteurs qui a motivé mon choix de destination. Je me suis rapidement sentie à l'aise : les espagnols sont des personnes très chaleureuses et notre université partenaire est habituée à accueillir des étudiants étrangers.
J'avais plus de craintes sur le fait d'étudier dans une université, qui me semblait être un système très différent des écoles de commerce telles que l'ISG. J'ai été surprise de constater que malgré la taille importante de l'université Carlos III (19 000 étudiants), nos professeurs nous connaissaient comme c'est le cas à l'ISG. Ils se rendent très disponibles, aussi bien par mail qu'aux bureaux qui leurs sont assignés durant leurs « office hours ».

Les opportunités et les perspectives d'avenir apportées par cet échange
L'université partenaire que j'ai fréquentée lors de mon échange est mondialement reconnue. Bien que n'ayant passé qu'un semestre dans celle-ci, je considère qu'elle apportera une valeur ajoutée et pourra potentiellement faire la différence lors du processus de recrutement en entreprise. De plus, une meilleure maîtrise de l'espagnol et un renforcement de mon anglais me permettent de prétendre à des postes ayant une envergure internationale. Dans une perspective d'insertion professionnelle, j'ai relevé que pour bon nombre d'annonces de recrutement françaises, la maîtrise ces deux langues est un pré-requis. Être ouverte d'esprit et s'adapter rapidement à un nouvel environnement sont également des compétences recherchées en entreprise. Enfin, je suis plus apte à travailler au sein d'une équipe multiculturelle. C'est un point que je me mettrai en avant, car dans l'espace mondialisé qui m'attend, les collaborations interculturelles sont permanentes.

Camille Lamy-4.png

L'enrichissement personnel et l'apport de connaissances qui découlent de mon échange à l'étranger sont incontestables. Cette expérience m'a permis d'apprendre sur moi-même, de mieux prendre conscience de mes forces, de mes faiblesses et d'être plus à l'aise en société. J'ai pu me lier d'amitié avec des personnes de nationalités différentes, ce qui n'aurait pas pu être fait aussi naturellement en France. Je me considère aujourd'hui comme encore plus curieuse envers les valeurs et cultures étrangères. Étudier en Espagne m'a également permis de rencontrer des étudiants qui seront demain mes collègues ou mes concurrents. Bien que déjà consciente de ce point, j'ai été frappée par l'importance de parler plusieurs langues et l'impact que cela peut avoir sur une carrière professionnelle. Une fois encore, cette expérience m'a démontré qu'il est bénéfique de se rendre directement dans le pays pour apprendre rapidement une langue et la pratiquer.


Le choix de Madrid était réfléchi et je suis aujourd'hui persuadée que c'est une destination idéale pour un échange. Le côté chaleureux et accueillant des espagnols est une réalité. Tout au long de mon séjour j'ai compris pourquoi c'est l'une des destinations préférées par les étudiants de toutes origines pour leur échange. J'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir cette ville, historiquement et architecturalement riche.

Abonnez-vous
Suivez l'actualité
de l'école

Recherche

Chercher dans ce blog :

Archives

Nuage de tags

ISG approprie-toi le monde

A propos de l'ISG :

L'Institut Supérieur de Gestion (ISG), membre IONIS Education Group, créé il y a plus 40 ans est une Grande Ecole de Commerce, visée par l'Etat, membre de la Conférence des Grandes Ecoles et du Chapitre des Ecoles de Management. Le diplôme Programme grande école de l’ISG est visé bac+5 et confère le Grade de Master. Sa pédagogie innovante et en phase avec les entreprises est au service de sa mission : former des managers responsables, créatifs, entreprenants et aptes à évoluer à l’International. L’ISG s’appuie sur un réseau de 88 universités partenaires dans 35 pays et sur son association d’anciens élèves, comptant 19300 diplômés. L'ISG propose des formations pour tous les profils, de Bac à Bac+5, mais aussi des programmes de formation continue et de VAE pour les personnes ayant déjà une expérience professionnelle. L’ISG forme chaque année 1 650 étudiants au sein de ses programmes. Depuis sa création il y a plus de 40 ans, l'ISG a acquis une reconnaissance internationale grâce à l’accréditation ACBSP , il est aussi membre de l'EFMD et CLADEA. L'école est également membre de l'American Chamber of Paris, et partenaire de l'UNIDO. Son laboratoire de recherche, le GRiiSG, a pour thèmes de recherche principaux : entrepreneuriat et marché, management et innovation et management des risques.
ISG. Make the world yours.