école de commerce

Diplôme bac+5, Visé par l'État, Grade de Master

Innsbruck : un échange dépaysant

Charles Bouche, étudiant en deuxième année du Master Grande Ecole à l'ISG, nous livre ses impressions sur son quotidien en Autriche lors de son échange académique.

Un début sous le signe de l'aventure

Je suis actuellement en échange universitaire au MCI (Management Center Innsbruck) qui se situe à Innsbruck, deuxième ville d'Autriche au coeur des Alpes autrichiennes. Pour s'y rendre depuis Paris, plusieurs solutions sont envisageables, telles que l'avion, le train ou la voiture. J'ai personnellement privilégié cette dernière solution afin de m'assurer d'être le plus mobile possible.
Mon aventure commence alors. J'ai d'abord parcouru l'Est de la France en passant par le Jura, puis j'ai traversé toute la Suisse via Mulhouse, Zurich et Saint-Gall. Il faut savoir que pour traverser la Suisse et l'Autriche, il est impératif d'acheter une vignette, sous peine d'amande. Dans les trois jours suivants l'arrivée, il est obligatoire d'aller se déclarer aux autorités et de remplir un certificat de résidence appelé «Meldezettel». Une fois cette démarche effectuée, les autorités attestent donc votre résidence dans le pays. Ce papier est indispensable pour toutes les démarches administratives, telle que l'ouverture d'un compte en banque. Il faut également savoir que si l'on reste plus de quatre mois dans le pays, il faut s'inscrire sur les registres de l'immigration.

Université MCI III_Innsbruck.jpg

Un accueil bien encadré et chaleureux

Le jour de mon arrivée, j'ai pris contact avec ma tutrice de l'université qui est une étudiante autrichienne, afin qu'elle m'aide et me conseille pour les démarches administratives. Cela m'a également aidé à prendre mes repères pour mon quotidien. Pour le logement, les prix sont moins élevés qu'en France. J'ai personnellement opté pour la location d'une chambre dans un logement étudiant afin de mieux m'intégrer et de profiter pleinement de ce séjour pour rencontrer d'autres nationalités. Le site sur lequel j'ai trouvé ma chambre s'appelle Housing Office, j'ai rapidement trouvé ce qu'il me fallait parmis les nombreuses résidences de la ville. Ma résidence est plutôt sympathique, elle se compose de cinq étages proposant chacun une dizaine de chambres équipées d'une cuisine, d'un lieu commun pour manger et elle est également bien desservie par les bus. Nous disposons d'un salon avec une télévision et d'une salle de sport, ainsi que d'un parking, bien pratique pour les gens venus en voiture.

Au niveau des plats typiques, les autrichiens ont une culture culinaire bien ancrée avec plusieurs spécialités que j'ai testé durant mon séjour. J'ai pu goûter leur fameux knödels au lard, une sorte de boulettes de viandes très appréciés là-bas. J'ai également testé les Wiener Schnitzel, plat à base d'escalope de dinde pânée. Pour les amateurs de sucré, il existe de nombreux desserts dont le plus connu l'Apple Strudel, une tarte aux pommes typiquement tyrolienne dont les autrichiens raffolent et que je vous la recommande !

Montage photo_Charles Bouche.jpg

Un rythme de vie différent

A l'université, les journées sont courtes mais intenses, elles commencent à 9h et se terminent à 16h45 avec une pause déjeuner. Lors de ma première semaine, j'ai pu faire connaissance avec de nombreuses personnes de nationalités différentes : indienne, américaine, canadienne, japonaise... avec qui nous avons échangé sur nos différents projets, nos premières impressions sur l'Autriche et nos différences culturelles. Cela m'a permis, d'aller le week-end suivant notre rencontre, skier avec eux et découvrir de magnifiques paysages. L'université nous a également proposé une visite guidée de la ville, nous présentant les monuments et musée principaux ainsi que promenade au sein du campus afin que nous puissions nous repérer rapidement.

Mon adaptation à Innsbruck s'est fait très vite comme nos cultures respectives ont beaucoup de similitudes. La majorité des autrichiens parlent très bien anglais ce qui m'a aidé et a facilité les échanges. Pour mon temps libre, il n'y a pas de quoi s'ennuyer, Innsbruck est à proximité de nombreuses stations de ski qui sont ouvertes de décembre à mai de 8h30 à 16h avec parfois des nocturnes. Il est donc possible d'y aller après une journée de cours ce qui est très agréable et permet de se changer les idées !

Shangai Express 2 : les deux tours

Grégoire Doxat, étudiant en Master Grande Ecole à l'ISG, actuellement en échange académique à Shangai, nous relate la suite de ses aventures, assaisonnées d'un humour helvétique au 10ème degré.

greg.jpgIl est minuit en France lorsque je me lève pour me rendre à mon premier cours du semestre en Chine. Un matin du soir comme les autres, finalement. Après une bonne douche et une tasse de thé vert, je descends acheter ma dose de nicotine au tabac le plus proche pour affronter cette première journée. C'est une jeune fille de 8 ans, qui lève le nez de ses livres de cours, pour me tendre mon paquet de cigarette. Il serait peut-être temps que j'arrête de fumer, moi.

Jiatong University

Mon premier cours a lieu à Jiatong University. Je suis parti avec une heure d'avance, heureusement pour moi, car les chinois voient toujours les choses en grand. J'ai eu l'impression d'entrer dans un temple shintoïste. Je dois dire qu'aller en cours et arriver devant un portail gigantesque, gardé par deux tigres et un vigile, était une première pour moi.

Après m'être égaré sur un immense campus verdoyant, je trouvais enfin ma classe, et ma professeure de chinois, Nelly. Drôle de nom pour une chinoise, me direz-vous, mais en fait non, elle nous apprit que bon nombre de Chinois se choisissent un prénom anglais, qu'ils utilisent ensuite couramment. Dire que si j'étais né en Chine, on m'appellerait peut-être Bruce Willis ou Johnny Deep.

Le premier cours fût ardu, consacré à la phonétique chinoise, difficilement compatible avec mon anatomie linguale. Mais utile, un défaut de prononciation ayant expédié un de nos camarades isgéen de Shanghai à l'université de Jiatong en dehors de la ville. Apprendre cette nouvelle langue ne sera pas facile mais avec de la motivation, j'y arriverai. Je maîtrise déjà le mot le plus important "taigale", qui veut dire trop cher.

Fudan University

Je prends également des cours à Fudan University. Ici, l'entrée et les bâtiments sont plus modernes. On y respire la culture, le savoir et surtout pendant un mois, nous avons été accueillis avec le petit déjeuner, ce qui est très motivant après une heure de transport. Notre premier cours portait sur le e-commerce, marché en pleine expansion en Chine, avec 600 millions d'internautes. Il faut savoir qu'en un "marché de niche" en Chine, c'est au moins 1 million de personnes... Avoir le quart des consommateurs terriens sur son territoire aide forcément les entreprises locales et attire la convoitise de l'envahisseur blanc aux yeux ronds (ou Hibou).

Grégoire Doxat_PC2017_Shangai 2.jpgAprès avoir assimilé les différents moyens de devenir un businessman chinois, je décidais de me balader sur cet immense campus. Il y a des terrains de sport gigantesques, des cafétérias immenses, un dortoir sans fin, un magnifique jardin chinois et surtout deux tours d'une trentaine d'étages, plantées là au milieu. J'imaginais tout en haut les réunions que pouvait avoir l'administration dans une salle digne du Docteur No.

Il est agréable de voir quand on se balade des Espagnoles, des Américaines, des Suédoises et des Italiennes. Le multiculturalisme est présent à Fudan et tout ceci est dit en toute objectivité sachant que je ne sais pas qui peut lire ces lignes et que j'aimerais éviter tout problème en rentrant à la maison.

Une approche pédagogique différente

La méthode d'enseignement est particulière, nous avons un nouveau cours chaque semaine. C'est une méthode intéressante car durant chaque période d'enseignement, on est focalisé sur une seule matière.

Pour conclure, j'ai été très bien accueilli dans ces universités et l'apprentissage de la langue est nécessaire pour lmieux s'intégrer. Les cours sont très bien enseignés et il est souvent passionnant d'avoir un point de vue culturel différent, sur le thème l'entreprise et son environnement.

Lire le témoignage Shangai Express 1

Lire d'autres témoignages sur l'Asie

Abonnez-vous
Suivez l'actualité
de l'école

Recherche

Chercher dans ce blog :

Archives

Nuage de tags

ISG approprie-toi le monde

A propos de l'ISG :

L'Institut Supérieur de Gestion (ISG), membre IONIS Education Group, créé il y a plus 40 ans est une Grande Ecole de Commerce, visée par l'Etat, membre de la Conférence des Grandes Ecoles et du Chapitre des Ecoles de Management. Le diplôme Programme grande école de l’ISG est visé bac+5 et confère le Grade de Master. Sa pédagogie innovante et en phase avec les entreprises est au service de sa mission : former des managers responsables, créatifs, entreprenants et aptes à évoluer à l’International. L’ISG s’appuie sur un réseau de 88 universités partenaires dans 35 pays et sur son association d’anciens élèves, comptant 19300 diplômés. L'ISG propose des formations pour tous les profils, de Bac à Bac+5, mais aussi des programmes de formation continue et de VAE pour les personnes ayant déjà une expérience professionnelle. L’ISG forme chaque année 1 650 étudiants au sein de ses programmes. Depuis sa création il y a plus de 40 ans, l'ISG a acquis une reconnaissance internationale grâce à l’accréditation ACBSP , il est aussi membre de l'EFMD et CLADEA. L'école est également membre de l'American Chamber of Paris, et partenaire de l'UNIDO. Son laboratoire de recherche, le GRiiSG, a pour thèmes de recherche principaux : entrepreneuriat et marché, management et innovation et management des risques.
ISG. Make the world yours.