école de commerce

Diplôme bac+5, Visé par l'État, Grade de Master

Voyage au Québec : "une expérience humaine de très grand richesse"

Jules WINOCOUR, étudiant en troisième année du Master Grande Ecole a choisi de faire un stage au Québec et nous fait part des points marquants de son séjour.

"Je suis arrivé au Canada dans la province de Québec à Montréal exactement le 28 août 2012. Après un voyage que l'on pourrait qualifier de chaotique (il m'a fallu pas moins de 30h pour arriver) j'ai finalement posé le pied en Amérique du Nord."

Le logement

Avant même d'arriver à Montréal, il avait été convenu que je disposerais d'un appartement en collocation avec une chambre bien a moi et ce, juste au dessus de l'endroit ou j'étais supposé travailler. Ceci paraissait être l'arrangement rêvé. Cependant, à ma grande surprise, on m'apprit à mon arrivée que toutes les chambres du soit disant condo (c'est comme cela que l'on appelle les appartements au Québec) étaient occupées et ce, jusqu'à la fin septembre. Heureusement pour moi, j'étais arrivé plus d'une semaine avant le début de mon stage ce qui me laissait une certaine marge de manœuvre afin de redresser la situation. En ce 29 août ensoleillé à Montréal, j'ai donc commencé ma recherche d'appartements grâce à un site spécialisé dans ce type de demandes. Il m'a été facile de trouver plusieurs annonces intéressantes concernant des chambres à louer qui engloberaient toute la durée de mon stage. Même si certaines de ces annonces ne correspondaient pas toujours à la réalité au moment de la visite, je me suis rapidement rendu compte à quel point il était facile de se loger dans cette ville et cela, avec un budget plus que raisonnable. Cette expérience me permit de constater une différence énorme avec la réalité parisienne, où il y est difficile de s'y trouver un endroit pour loger. Après une vingtaine de visites diverses et variées, j'ai finalement trouvé une collocation à une trentaine de minutes de mon travail. Dans cet appartement, nous étions sept au total, soit quatre Québécois et trois Français. Ceci semblait donc l'endroit parfait pour moi afin de pouvoir y commencer mon immersion et m'imprégner au mieux de la culture du pays. C'était pour moi une première de m'essayer à la vie en collocation et l'expérience a été, je dois l'admettre, d'un succès mitigé, même si j'y ai vécu quelques très bons moments.

Le marché du travail

Pour ce qui est du marché du travail, celui-ci fonctionne bien différemment que sur le vieux continent et encore plus différemment qu'en France. J'ai pu vivre des licenciements éclairs sans aucune procédure juridique basée sur le vrai modèle américain.  Cependant, cela a l'air de plutôt bien fonctionner puisque au Québec le taux de chômage ne dépasse pas les 8% ce qui peut être interprété comme une force surtout en temps de crise économique comme celle que le monde traverse depuis 2008. J'ai aussi remarqué quelque chose d'intéressant : ici, dans le secteur dans lequel je travaille c'est-à-dire la boulangerie, beaucoup de boulangers viennent de France. Cela pourrait faire sourire et nous pourrions nous dire que c'est normal. Mais, force est de constater que c'est l'une des grandes faiblesses du secteur boulanger québécois : il semble y avoir un manque cruel de main d'œuvre et de savoir-faire québécois.  

Vivre à Montréal au quotidien

Mon voyage au Québec reste une expérience humaine d'une très grande richesse. J'ai pu constater une très grande différence au niveau de l'accueil des gens ici  et leur intérêt pour les nouvelles rencontres. Ici les personnes ne restent pas entre eux. J'ai remarqué qu'ils étaient bien plus ouverts que les parisiens en règle générale et ce, moi le premier. Ce qui frappe vraiment lorsque l'on vit dans un pays tel que le Canada, c'est la grandeur des espaces. En effet, rien ne se trouve à proximité, il faut à chaque fois marcher énormément pour se rendre quelque part. Il est aussi important de constater que à Montréal en période hivernale, les risques de tempête de neige restent important. J'ai d'ailleurs vécu ma première tempête qui a été l'une des plus historiques du pays (50cm de neige en une journée).  En plus de la neige j'ai aussi eu le droit à quelque température vraiment glaciale allant de -18 jusqu'à -30 degrés oui oui j'ai bien dit -30°C. Mais cependant en étant bien équipé, cela est vraiment soutenable même si parfois l'air que l'on avale brule un peu les poumons !!!!

MONTREAL-1.jpg

 

Abonnez-vous
Suivez l'actualité
de l'école

Recherche

Chercher dans ce blog :

Archives

Nuage de tags

ISG approprie-toi le monde

A propos de l'ISG :

L'Institut Supérieur de Gestion (ISG), membre IONIS Education Group, créé il y a plus 40 ans est une Grande Ecole de Commerce, visée par l'Etat, membre de la Conférence des Grandes Ecoles et du Chapitre des Ecoles de Management. Le diplôme Programme grande école de l’ISG est visé bac+5 et confère le Grade de Master. Sa pédagogie innovante et en phase avec les entreprises est au service de sa mission : former des managers responsables, créatifs, entreprenants et aptes à évoluer à l’International. L’ISG s’appuie sur un réseau de 88 universités partenaires dans 35 pays et sur son association d’anciens élèves, comptant 19300 diplômés. L'ISG propose des formations pour tous les profils, de Bac à Bac+5, mais aussi des programmes de formation continue et de VAE pour les personnes ayant déjà une expérience professionnelle. L’ISG forme chaque année 1 650 étudiants au sein de ses programmes. Depuis sa création il y a plus de 40 ans, l'ISG a acquis une reconnaissance internationale grâce à l’accréditation ACBSP , il est aussi membre de l'EFMD et CLADEA. L'école est également membre de l'American Chamber of Paris, et partenaire de l'UNIDO. Son laboratoire de recherche, le GRiiSG, a pour thèmes de recherche principaux : entrepreneuriat et marché, management et innovation et management des risques.
ISG. Make the world yours.