école de commerce

Diplôme bac+5, Visé par l'État, Grade de Master

A l'heure irlandaise

Marie Vernier étudiante en troisième année du Master Grande Ecole a choisi l'Irlande comme destination à l'international.

Bien que la ville de Dublin ne soit située qu'à 1h30 de Paris en avion, quelques variances culturelles sont à noter et induisent ainsi une façon de vivre légèrement différente de la France.

La première différence flagrante a été pour moi, le « décalage horaire », non pas lié au fuseau (Dublin, comme Londres, présente 1 heure de décalage avec l'heure française)  mais celui lié à l'heure des repas, et notamment le repas du soir ! En effet, les irlandais commencent à diner aux alentours de 17 heures ; de ce fait, il est fréquent de voir ses voisins de table se faire servir un « Irish stew » (célèbre ragout irlandais à base d'agneau et de légumes) ou un plat de pâtes quand nous, français, prenons un café et des muffins pour le goûter.

Sortir à Dublin

De ce décalage horaire découle des horaires d'ouvertures des établissements tels que restaurants, bars, pubs et boites de nuit en effet, les pubs et bars stoppent le service de boissons vers minuit et ferment leurs portent vers 1 heure, de même pour les boites de nuits qui sont ouvertes généralement jusqu'à 3 heures. Il est à noter que les prix pratiqués sont beaucoup moins chers qu'en France puisque les entrées sont souvent gratuites, ou s'élèvent au maximum à 10€, et les verres/pintes de bière sont autour de 5€... Les Irlandais ou autres étrangers ayant déjà séjourné à Paris s'accordent d'ailleurs sur le fait que les soirées parisiennes sont extrêmement couteuses. Pour terminer sur les soirées dublinoises, il est fréquent que des établissements soient réservés à une catégorie de personnes bien spécifique ; par exemple, de nombreux clubs ne sont accessibles qu'à partir de 23 ans, ce qui n'est pas le cas en France.

Les différences dans l'enseignement supérieur

D'autre part, ayant étudié pendant tout le semestre dans une université dublinoise, j'ai pu constater des différences entre les systèmes éducatifs et notamment les façons d'enseigner des deux pays ; dans un premier temps, l'université ou « college » privée, qui est donc l'équivalent d'une école de commerce française, propose un nombre de cursus beaucoup plus important qu'en France. Un étudiant peut y suivre des études de commerce, de journalisme, de droit, de stylisme, d'informatique, de marketing, d'architecture ou encore de photographie, ce qui présente l'avantage de réunir des étudiants d'horizons différents, aussi bien du point de vue des études que des pays, puisque le nombre d'étudiants Erasmus y est très  élevé. Cela favorise donc les rencontres et l'ouverture d'esprit. Concernant l'enseignement, l'une des différences majeures avec l'ISG est que nous ne travaillions pas sur nos ordinateurs, qui ne sont pas tolérés en classe, mais à partir de livrets (handbooks), rédigés par les professeurs eux-mêmes, composés de cours, d'exercices et d'anciens examens avec les corrections, couvrant l'ensemble du programme. Ces livrets sont très pratiques et détaillent de façon simple chaque notion étudiée ; de plus, il est rassurant d'avoir tous les cours à disposition lors des révisions. Enfin, la dernière différence notable concerne les examens finaux que j'ai passé récemment : ceux-ci durent 3 heures, et présentent deux particularités que je n'avais pas rencontré en France. Premièrement, il est interdit de quitter la salle durant la 1ère heure ou durant la dernière heure, ce que j'ai fortement apprécié car les étudiants restant jusqu'à la fin de l'épreuve ne sont pas dérangés par le flot continu d'étudiants allant rendre leur copie. Enfin, les épreuves sont notées sur 100, mais les élèves peuvent choisir entre 5, voir 6 questions sur 25 points (l'examen est donc sur 125 ou sur 150) ; ainsi, seules 4 questions doivent être prises en compte, mais le fait de pouvoir choisir les exercices dans lesquels on se sent le plus à l'aise est rassurant.

J'ai beaucoup aimé mon semestre à Dublin, les différences culturelles sur le mode de vie n'étant pas incommodantes, et les différences liées à l'enseignement plutôt avantageuses pour des étudiants français.

Abonnez-vous
Suivez l'actualité
de l'école

Recherche

Chercher dans ce blog :

Archives

Nuage de tags

ISG approprie-toi le monde

A propos de l'ISG :

L'Institut Supérieur de Gestion (ISG), membre IONIS Education Group, créé il y a plus 40 ans est une Grande Ecole de Commerce, visée par l'Etat, membre de la Conférence des Grandes Ecoles et du Chapitre des Ecoles de Management. Le diplôme Programme grande école de l’ISG est visé bac+5 et confère le Grade de Master. Sa pédagogie innovante et en phase avec les entreprises est au service de sa mission : former des managers responsables, créatifs, entreprenants et aptes à évoluer à l’International. L’ISG s’appuie sur un réseau de 88 universités partenaires dans 35 pays et sur son association d’anciens élèves, comptant 19300 diplômés. L'ISG propose des formations pour tous les profils, de Bac à Bac+5, mais aussi des programmes de formation continue et de VAE pour les personnes ayant déjà une expérience professionnelle. L’ISG forme chaque année 1 650 étudiants au sein de ses programmes. Depuis sa création il y a plus de 40 ans, l'ISG a acquis une reconnaissance internationale grâce à l’accréditation ACBSP , il est aussi membre de l'EFMD et CLADEA. L'école est également membre de l'American Chamber of Paris, et partenaire de l'UNIDO. Son laboratoire de recherche, le GRiiSG, a pour thèmes de recherche principaux : entrepreneuriat et marché, management et innovation et management des risques.
ISG. Make the world yours.