école de commerce

Diplôme bac+5, Visé par l'État, Grade de Master

Bruxelles, esprit médiéval et bon accueil assuré

Jérémy Perseille a choisi d'effectuer un stage à Bruxelles au sein de l'entreprise Orpea. Après quatre années à étudier sur les bancs de l'ISG et à assimiler un certain nombre de théories dans bien des domaines, il éprouvait le besoin de se confronter à la réalité du terrain. Cette expérience restera un événement marquant de sa scolarité dans l'enseignement supérieur.

bruxelles_940x705.jpgA la découverte de la Belgique et de sa capitale

En descendant du Thalys à la gare de Bruxelles Midi, on s'attend à être plongé immédiatement dans l'euphorie et l'empressement caractéristiques des grandes capitales. A titre personnel, je m'attendais d'autant plus à une forme de frénésie que j'assimilais jusqu'à présent « Bruxelles » aux grandes réunions européennes et à l'affluence de politiques au parlement européen. Pourtant, il n'en est rien. La gentillesse et la courtoisie des belges tranchent avec le côté froid et distant qu'ont les français au premier abord. Là, où un étranger aurait certainement été confronté à la nonchalance française, j'ai pu constater que l'ensemble des personnes à qui je demandais des informations (commerçants ou simple passant) prenait réellement le temps de m'orienter et me donner des informations. Cette première approche contribue à nous rassurer et à nous permettre de nous sentir vite à l'aise dans ce pays.

Tes premières impressions ?

J'ai été surpris de constater que les belges connaissent aussi bien - voire mieux - la vie politique française que les français eux-même alors que nous ignorons tout de leur système politique. Il me semble également, mais peut-être s'agit-il d'une impression trompeuse, que les belges maîtrisent assez bien différentes langues, ce qui leur confère une ouverture sur le monde conséquente. Il n'a pour moi pas été rare de fréquenter des belges qui parlaient indistinctement trois voire quatre langues : le francais, l'anglais, l'allemand, le néerlandais et.....le belge. Outre les fameux « nonante » et « septante » certains termes et expressions utilisés sont assez déroutants. Je pense notamment à l'usage du verbe « savoir » en lieu et place de « pouvoir » (« tu sais m'envoyer un mail ? »). Si ce vocabulaire peut nous sembler étranger, il n'en est pas moins juste ! Il s'agit là, d'un héritage du « vieux » français.... Les belges parleraient donc mieux la langue française que leurs voisins gaulois ! Un comble.

Au-delà, du cadre convivial et humain bruxellois, les aspects pratiques m'ont tout de suite séduit. Les moyens de transports sont excessivement nombreux. Ne serait-ce qu'à la gare de Bruxelles Midi, on ne dénombre pas moins de 2 lignes de métro, 8 lignes de TRAMWAY et 6 lignes de Bus en plus des trains de banlieue.... Il est donc aisé de se déplacer dans Bruxelles et sa périphérie, ce qui était pour moi une crainte. En effet, mon stage ne se déroulant pas à Bruxelles même mais à Uccle (ville souvent comparée à notre Neuilly-sur-Seine avec laquelle elle est d'ailleurs jumelée), j'appréhendais de devoir subir de longs temps de transport pour visiter la capitale. Mes appréhensions ont vite été dissipées puisque bon nombre des lignes sont en service jusque tard dans la nuit (jusqu'à 3h du matin pour les Noctis équivalents des Noctiliens parisiens) et à priori propres et sûrs. Il me semble d'ailleurs qu'on se sent plus en sécurité dans la capitale belge qu'à Paris.

Tes découvertes ?

Si Bruxelles ne recèle probablement pas autant de secrets que Paris, certains sites demeurent incontournables et d'une beauté qui n'a rien à envier à ses homologues européens. La Grande Place non loin du célèbre bar « Délirium » -  qui propose plus de 3 000 bières - est d'ailleurs le premier site à visiter avec le célèbre et emblématique Manneken-pis, symbole de la liberté. Il est quand même étonnant de constater qu'une si petite statue (pas plus de quelques dizaines de centimètres de hauteur) peut-être le centre de toutes les attentions. La période des fêtes de fin d'année a d'ailleurs été propice à la découverte de ce quartier fort animé. L'esprit médiéval de la grande place était aussi renforcé par le marché de noël et des « spectacles de sons et lumières » (les plaisirs d'hiver). C'était également pour moi l'occasion de tester les quelques spécialités locales qui ont fait la réputation de la Belgique : la bière, les chocolats, les gaufres et les frites sont de pures merveilles. Outre les diverses attractions communes aux grandes villes comme les cinémas et les rues marchandes pour faire du shopping (notamment avenue louise et le quartier «Debrouckère» adjacent à la Grande Place), Bruxelles dispose également de parcs et jardins où il est agréable de se promener et de faire du sport. Le bois de la Cambre, une sorte de « bois de Boulogne » est particulièrement agréable et conserve - je trouve - une âme sauvage que je me plais à retrouver le week-end.

Tes premiers pas en entreprise ?

Fort de mes quelques expériences professionnelles passées, notamment dans le secteur bancaire, je sais qu'il est toujours « difficile » de s'habituer immédiatement à la nouvelle entreprise dans laquelle on entre. Apprendre les méthodes de travail de l'entreprise, son activité, ses processus et surtout apprendre à connaître le personnel qui y travaille. J'ai été accueilli par la responsable filiale et la directrice financière avec qui nous avons pu échanger sur nos attentes respectives. Cette première journée a également été le moment pour moi de m'installer dans ma chambre réservée dans un des établissements du groupe et de faire, ici aussi, connaissance avec l'ensemble du personnel. Les premiers pas dans l'entreprise, que ce soit sur le lieu de travail où dans la résidence où je loge se sont donc passés sans accrocs et ont probablement été facilités par l'absence de barrière linguistique.

Abonnez-vous
Suivez l'actualité
de l'école

Recherche

Chercher dans ce blog :

Archives

Nuage de tags

ISG approprie-toi le monde

A propos de l'ISG :

L'Institut Supérieur de Gestion (ISG), membre IONIS Education Group, créé il y a plus 40 ans est une Grande Ecole de Commerce, visée par l'Etat, membre de la Conférence des Grandes Ecoles et du Chapitre des Ecoles de Management. Le diplôme Programme grande école de l’ISG est visé bac+5 et confère le Grade de Master. Sa pédagogie innovante et en phase avec les entreprises est au service de sa mission : former des managers responsables, créatifs, entreprenants et aptes à évoluer à l’International. L’ISG s’appuie sur un réseau de 88 universités partenaires dans 35 pays et sur son association d’anciens élèves, comptant 19300 diplômés. L'ISG propose des formations pour tous les profils, de Bac à Bac+5, mais aussi des programmes de formation continue et de VAE pour les personnes ayant déjà une expérience professionnelle. L’ISG forme chaque année 1 650 étudiants au sein de ses programmes. Depuis sa création il y a plus de 40 ans, l'ISG a acquis une reconnaissance internationale grâce à l’accréditation ACBSP , il est aussi membre de l'EFMD et CLADEA. L'école est également membre de l'American Chamber of Paris, et partenaire de l'UNIDO. Son laboratoire de recherche, le GRiiSG, a pour thèmes de recherche principaux : entrepreneuriat et marché, management et innovation et management des risques.
ISG. Make the world yours.