école de commerce

Diplôme bac+5, Visé par l'État, Grade de Master

Une parisienne en Chine

Mélanie Brouste, étudiante en dernière année du Master Grande Ecole de l'ISG a effectué 6 mois de stage en entreprise à Zhuhai, une commune proche de Hong Kong. Elle partage avec nous un témoignage sur son adaptation et sur cette expérience professionnelle particulièrement formatrice.

Mon adaptation à la vie locale
Contrairement à ce que l'on pourrait penser, s'adapter en Chine n'est pas si difficile, mais il est important de venir avec un esprit ouvert et une envie d'apprendre une autre culture.
Il est difficile d'apprendre le chinois. Connaître un mot ne suffit pas, si le mot n'est pas prononcé avec la bonne intonation, personne ne vous comprendra. Vous vous trouverez dans des situations à quiproquos plutôt comiques ou tout simplement avec quelque chose que vous n'aurez pas commandé. Après quelques temps, cela devient plus facile. Je suis fière de dire que j'arrive à présent à me débrouiller sans encombre en Chine. J'arrive à me faire comprendre et à comprendre ce qui se passe autour de moi, via les quelques mots en cantonais et mandarins que j'ai appris.


"Patience" est le maître mot dans ce pays. Etant parisienne, j'ai l'habitude que tout aille vite. Il a été difficile ou tout au moins stressant de s'adapter à un autre rythme. Par exemple, si au restaurant votre commande arrive rapidement, le processus de commande est souvent laborieux. Dans beaucoup de restaurants, lorsque vous choisissez un plat sur leur carte très fournie, il est courant d'entendre « me yo la » autrement dit : « je n'ai pas ». Cela peut sembler anodin, mais quand il s'agit de la moitié du menu, cela devient très ennuyeux à la longue !

Quant à la nourriture, ce fut l'adaptation la plus difficile. J'aime la nourriture chinoise, mais la nourriture chinoise en France et celle de Chine ne se ressemblent absolument pas. On retrouve bien sûr le riz cantonais et le canard laqué, dont le goût est très différent, mais le reste est à découvrir ! Comme je suis de nature aventureuse, je teste dans les restaurants de nouveaux plats presque tous les jours, en fonction des photos. Il y a des photos dans tous les restaurants sur les murs ou sur le menu, tout le reste est écrit en chinois. Cela me mène souvent à des plats différents du goût européen. Les os dans le canard ou le poulet (aucun restaurant n'enlève les os à la découpe) sont compliqués à déguster dans un pays qui ne fonctionne qu'avec des baguettes ! Les Chinois crachent les os sur la table, mais mon éducation ne m'y a pas préparé... Ils proposent du gras de canard... oui oui, juste du gras en sauce car "cela donne une jolie peau". Mais, cet argument ne me convainct pas !
Fan de nourriture et particulièrement de cuisine française, six mois de nourriture chinoise avec d'occasionnel "McDo" et pizza commencent à me peser. Je me languis d'une blanquette de veau ou d'un bœuf bourguignon... Cependant, j'ai appris à découvrir les traditions culinaires de différentes régions de Chine, tout comme de nouveaux légumes. Il est certain que je les chercherai en France pour pouvoir les cuisiner à nouveau !

Mélanie Brouste1.jpgMon expérience professionnelle
Les connaissances et compétences acquises durant ce stage sont nombreuses.
Ma spécialisation étant le Marketing, j'ai décidé d'approfondir mes connaissances en marketing digital. A l'ISG, j'ai appris les bases au sein d'une association, puis en tant qu'auto-entrepreneuse. Néanmoins, c'est au sein de mon stage en Chine que j'ai pu approfondir mes compétences dans ce domaine.

Tout d'abord, j'ai enrichi mes connaissances en gestion des réseaux sociaux au sein de l'entreprise, un domaine qui peut sembler facile à appréhender, mais dont il est important de comprendre les difficultés. Attirer l'attention des lecteurs, surtout en B2B, peut s'avérer complexe, en particulier sur les réseaux sociaux du type Facebook, Twitter... . J'ai beaucoup appris, que ce soit en rédaction de posts intéressants ou en création d'images.

De plus, j'ai appris à réaliser des vidéos d'animation de A à Z. Une des tâches, qui m'a été confié au sein de l'entreprise, a été de créer des publicités destinées à être diffusée sur leur site internet pour chacun de leurs produits. Aucune contrainte ne m'a été imposée, ils attendaient juste un résultat attractif et professionnel. Mes supérieurs ont été très satisfaits du résultat et ont même décidé d'utiliser une de ces vidéos à l'occasion d'un évènement en Europe, pour le lancement de leur nouveau site internet.

Ils m'ont également confié l'audit de leur site internet, ce qui m'a donné l'occasion d'appréhender le côté utilisateur. Comme il date de quelques années, de nombreuses modifications étaient nécessaires. J'ai pu réaliser concrètement la différence entre besoin et budget et percevoir l'évolution rapide des modes et tendances sur internet.

Grâce à mon séjour en Chine et aux échanges avec des anglophones de toutes les régions de la planète, j'ai pu perfectionner mon anglais. Je n'ai plus aucun problème de compréhension, ni d'expression. Cette capacité me sera utile dans ma carrière que j'envisage à l'International.

Mélanie Brouste 2.jpg

Mon expérience en Chine a été très enrichissante et pleine d'aventures. J'ai eu l'occasion de découvrir un pays et une culture radicalement différente de la mienne, ce qui m'a permis d'ouvrir ma vision sur le monde et sur les perspectives propres à chaque pays. Même si l'adaptation n'a pas été immédiate, je pense m'être très bien intégrée et habituée à la culture et aux coutumes du pays. Je me suis fait de nombreux amis tant Chinois qu'Internationaux et j'ai désormais des contacts dans de nombreux pays de l'Australie au Mexique.
Quant à mon expérience professionnelle, elle est désormais enrichie d'une connaissance plus approfondie du métier dans lequel j'envisage d'évoluer. De nombreuses opportunités s'offrent à moi. J'ai dorénavant une idée plus précise de ce que je veux faire et du pays dans lequel je voudrais habiter, ce qui représente un grand pas dans mon évolution personnelle. Il est désormais certain que je souhaite travailler dans une entreprise développant de nouvelles technologies, pour ensuite créer ma propre entreprise en utilisant les connaissances que j'aurais acquises.
Je suis ravie de ce voyage et de cette expérience et je compte poursuivre cette découverte du monde dans les années à venir.

Abonnez-vous
Suivez l'actualité
de l'école

Recherche

Chercher dans ce blog :

Archives

Nuage de tags

ISG approprie-toi le monde

A propos de l'ISG :

L'Institut Supérieur de Gestion (ISG), membre IONIS Education Group, créé il y a plus 40 ans est une Grande Ecole de Commerce, visée par l'Etat, membre de la Conférence des Grandes Ecoles et du Chapitre des Ecoles de Management. Le diplôme Programme grande école de l’ISG est visé bac+5 et confère le Grade de Master. Sa pédagogie innovante et en phase avec les entreprises est au service de sa mission : former des managers responsables, créatifs, entreprenants et aptes à évoluer à l’International. L’ISG s’appuie sur un réseau de 88 universités partenaires dans 35 pays et sur son association d’anciens élèves, comptant 19300 diplômés. L'ISG propose des formations pour tous les profils, de Bac à Bac+5, mais aussi des programmes de formation continue et de VAE pour les personnes ayant déjà une expérience professionnelle. L’ISG forme chaque année 1 650 étudiants au sein de ses programmes. Depuis sa création il y a plus de 40 ans, l'ISG a acquis une reconnaissance internationale grâce à l’accréditation ACBSP , il est aussi membre de l'EFMD et CLADEA. L'école est également membre de l'American Chamber of Paris, et partenaire de l'UNIDO. Son laboratoire de recherche, le GRiiSG, a pour thèmes de recherche principaux : entrepreneuriat et marché, management et innovation et management des risques.
ISG. Make the world yours.