école de commerce

Diplôme bac+5, Visé par l'État, Grade de Master

Immersion en Israël

Ruth Ventura Ganancia, étudiante en dernière année du Master Grande École à l'ISG, est partie à Rishon LeZion, en Israël dans le cadre de son échange académique. Ruth partage avec nous ses premiers jours là-bas.

Pour mon échange académique, mon choix s'est porté sur Israël.

Ici, il fait beau et chaud. Qui aurait cru pouvoir allier bain de soleil à la mer et matinée de cours ! Étudier ici a aussi été pour moi le moyen de parfaire ma maîtrise de la langue de Shakespeare, les Israéliens maniant l'anglais presqu'aussi bien que l'hébreu. Enfin, le dynamisme de l'écosystème entrepreneurial israélien lui vaut d'être un leader en terme de dépenses en recherche et développement. C'est également une destination abordable, les prix sont à peu près alignés sur le marché européen, la nourriture est parfois un peu plus chère mais on retrouve dans toutes les grandes villes d'Israël de grands marchés (Shouk), où les produits locaux sont disponibles à des prix défiant toute concurrence.

Et il faut dire ce qui est, Israël est un pays magnifique !

israël.jpg

A mon arrivée au College of Management Academic Studies, j'ai été guidée par les responsables de parcours. Le campus représente une ville à lui seul, de nombreux magasins sont ouverts tous les jours sans interruption, ainsi que des restaurants, bibliothèques et de grands espaces dédiés au travail de groupe.

univ israel.jpg


Nous sommes 7 étudiants étrangers dans le parcours (Autrichiens, Norvégiens et Croates), nous avons dès le début créé une atmosphère chaleureuse et amicale, mais propice au travail.

Le programme que je suis nous amène surtout à étudier l'entrepreneuriat social. Ce domaine est passionnant. Nous avons par exemple étudié les travaux de Muhammad Yunus, originaire du Bangladesh, fondateur du micro-crédit avec son entreprise Grameen Bank en 1978. Désormais des bureaux de la Grameen Bank sont présents dans plus de 80 000 villages, et comptent plus de 6 millions d'emprunteurs. En 2006, le professeur Yunus reçu le prix Nobel de la Paix.

Après mon expérience au sein d'ISG Etincelle, association solidaire de l'ISG, ces enseignements s'inscrivent dans la logique de mon projet professionnel et de mes aspirations personnelles.

Mon séjour en Israël : de découvertes et découvertes

Lucie Azoulay, étudiante en dernier année du Master Grande Ecole, nous fait part de ses premiers pas à Tel Aviv où elle effectue un stage dans une entreprise de recrutement et de consulting.

Mes premiers pas en Israël
Israël se trouve à seulement 4h30 de Paris avec 1 heure de décalage horaire et pourtant tout est différent de la France. Je suis arrivée début août afin d'avoir une certaine marge de temps pour m'installer et me constituer des repères avant de démarrer mon stage.
En effet, j'ai commencé à apprendre l'hébreu pour pouvoir me débrouiller dans la vie de tous les jours... Je me suis installée dans un appartement proche de la mer et en plein centre ville dans le but de faciliter mon insertion en étant au cœur de la ville. Ayant le contact facile, je me suis vite entourée d'étudiants dans la même situation que moi et venant des quatre coins du monde.
J'ai dû m'adapter au week-end, car ici les jours de la semaine « non travaillés » sont le vendredi et le samedi et non pas le samedi et dimanche.

Lucy Azoulay-1.jpg

Tel Aviv : une ville accueillante, dynamique et multiculturelle
Ce pays fait preuve d'une grande mixité qui m'enthousiasme beaucoup. J'ai eu l'occasion de rencontrer des personnes venant de Chine, d'Uruguay, de l'Equateur, de Turquie, des Etats-Unis, d'Australie, ce qui me permet de pratiquer aussi bien l'anglais que l'espagnol. Je suis également étonnée de voir l'excellent niveau de la population en anglais, tous les israéliens parlent un anglais soutenu, ce qui facilite grandement les échanges. Je reconnais également qu'une grande communauté française est présente sur le territoire et revendique sa culture, ce qui m'a parfois permis de me sentir moins dépaysée. Ce qui m'a également frappé c'est que les israéliens sont accueillants et très solidaires. Par exemple, quand une personne tombe dans la rue, on peut apercevoir des dizaines d'individus courir pour l'aider.

Je suis émerveillée par la vivacité, la joie et l'énergie dégagées dans ce pays et particulièrement à Tel Aviv. Je peux constater une animation dans les rues, dans les restaurants, dans les bars à toute heure du jour ou de la nuit. Une grande partie des restaurants et supermarchés sont ouverts 24h/24.
Il y a des salles de gym directement sur la plage ouverte au public et la ville est constituée d'un mélange de grands buildings et petits immeubles typiques, ce qui rend la ville attractive. Malgré une nourriture assez grasse, je suis surprise de l'importance du sport et du corps qui préoccupe beaucoup la population. Israël est un pays dans lequel la chaleur et le beau temps sont présents quasiment toute l'année et je constate que les costumes et tailleurs ne sont pas très utilisés au sein des entreprises. Les chemises ont laissé place aux polos et t-shirts, les pantalons de costumes aux bermudas ou pantalons légers et les tailleurs féminins se sont transformés en robes et jupes. Concrètement il n'y a pas de tenue de rigueur imposée dans les entreprises.


Les difficultés rencontrées
Le coût de la vie est particulièrement élevée à Tel Aviv, les israéliens parlent de 2 Israël : Tel Aviv (qui est très cher) et le reste d'Israël (dont le coût de la vie est plus bas). Ainsi, la majorité des habitants de Tel Aviv vont faire leurs courses dans les villes des alentours afin de payer moins cher.
Les études sont assez chères, la majorité des étudiants israéliens bénéficient donc d'une bourse afin de poursuivre leurs études supérieures. Il faut rajouter que le système de santé est régulé par une bureaucratie handicapante. Tout d'abord une première consultation est requise dans un centre médical généralisé qui va lui même statuer de l'importance de la maladie et qui choisira où envoyer le patient. Cependant, pour que le patient aille voir un second médecin il devra attendre de recevoir un papier, ce qui peut prendre plusieurs jours voire semaines.

Lucy Azoulay 2.jpgDécouvrir Israël
Etant arrivée en avance, j'ai pu voyager et me rendre dans plusieurs endroits de ce pays. Je suis donc allée visiter la ville de Jérusalem qui bénéficie d'une luminosité très particulière, en effet on l'appelle la ville « blanche » car la lumière est extrêmement claire. La réverbération est puissante. J'en ai donc profité pour aller plus particulièrement au Mur des lamentations qui accueille chaque année un nombre infini de touristes. Ce Mur est concentré au sein d'une toute petite ville entourée elle même de remparts au sein de Jérusalem. Une émotion profonde est ressentie quand on s'approche du Mur. Je me suis rendue sur un autre site touristique de Jérusalem qui est l'Eglise du St-Sépulcre dans laquelle se trouve le tombeau du Christ. Nous pouvions entendre de ces lieux l'appel à la prière de la Mosquée Al-Aqsa qui est définie comme la plus grande mosquée de Jérusalem. Ce son résonnait comme un chant au milieu de ces sites religieux que l'on distinguait à travers une luminosité très forte et un silence absolu. Je peux alors confirmer que Jérusalem est en effet une ville religieuse où toutes les religions cohabitent.
J'ai également eu l'occasion de me rendre à la Mer Morte qui se trouve plus au sud du pays. Le mois d'août n'était pas le mois conseillé pour y aller car la chaleur était insoutenable. Plusieurs cars de touristes venus du globe tout entier étaient présents également. Certains baigneurs lisaient même un livre, leur corps flottant à la surface. La chaleur était si excessive que l'on ne pouvait pas marcher pieds nus sur le sable et l'eau des douches présentes sur la plage était elle-même très chaude.

Je continuer mes promenades et vais de découverte en découverte, arrivant par exemple dans Yarkon Park, un parc immensément grand, ouvert au public et qui possède un centre aquatique, des jardins botaniques, des salles de concerts en plein air, des installations sportives comme sur les plages publiques, ce qui rend ce lieu extrêmement riche et attractif.
Je suis donc encore en phase de découverte de mon pays d'accueil et même s'il y a de nombreuses différences dans la façon de vivre et de penser par rapport à la France, j'essaie de m'adapter au mieux afin de vivre pleinement cette expérience.





Dubai : voyage à l'autre bout du monde

Gregory Meichel, étudiant en Parcours Associatif, découvre Dubaï lors de son échange académique au sein de l'IMT (Institut de Management Technologique). Il partage son expérience avec nous.

image_73_1_v8.jpg


Echange académique

Une expérience à l'étranger est un atout indéniable sur un CV. Cela peut faire la différence et démontre la capacité de l'étudiant à s'intégrer, à s'adapter à une nouvelle culture mais aussi à développer sa pratique des langues étrangères dans un cadre extra-scolaire. Cette expérience m'a permis d'approfondir mes connaissances au sein d'un système d'enseignement différent, dans lequel la théorie doit être acquise par l'étudiant seul, grâce aux livres. Les cours sont dispensés pour approfondir cette théorie sous forme de cas pratiques et permettre les échanges entre étudiants de plusieurs pays. Dubaï est un grand melting-pot de culture. Aussi, chaque matière intègre sa part de cross cultural management. Que cela concerne la supply-chain, la gestion de projets ou le marketing, les professeurs mettent en avant, en plus des méthodes, des recommandations concernant la mise en oeuvre dans chaque culture.

La chaleur, qui peut être un frein sur la période de juin à août, devient clairement un avantage le reste de l'année avec une température constante de 25 degrés. Il est très agréable de se réveiller le matin sans avoir à se poser la question d'emmener ou non son parapluie. Avec la plage à proximité, les commerces à l'intérieur même des immeubles d'habitation, les piscines et salles de sport sur les toits, Dubaï propose une qualité de vie, que j'ai vraiment appréciée. Et si la France vous manque, il est tout à fait possible d'aller manger une raclette dans un restaurant français après une descente de ski dans un centre commercial ! Seul bémol, la vie culturelle est encore peu développée.


dubai-08.jpg

Perspectives d'avenir

Les nombreux échanges avec les expatriés et mon expérience personnelle au cours de ces 4 derniers mois m'ont permis de me forger ma propre opinion sur cette ville et ses nombreux avantages. Le marché du travail permet d'évoluer et de changer de fonction facilement. Contrairement à la France, où chaque compétence correspond à un métier, le marché du travail de Dubaï est calqué sur le modèle américain, où l'expérience prime sur les diplômes. La communauté d'expatriés est très développée et accueillante, par exemple, j'ai décroché un entretien d'embauche dans une entreprise simplement en discutant avec un inconnu lors d'une soirée. Cela permet de diversifier son portefeuille de compétences et de se créer très facilement un réseau. Malheureusement, il m'a été impossible de cumuler mes horaires de cours avec ceux du poste proposé. Même si j'aspire à commencer ma carrière professionnelle en France, je n'exclue pas de retourner à Dubaï un jour. L'absence de taxes ou d'impôts, le climat agréable, les salaires élevés des expatriés et la sécurité sont autant d'avantages motivants.

Bilan personnel

Je retiens de ce semestre une formidable expérience. Outre le fait de découvrir un nouveau pays et une nouvelle culture, ces 4 mois d'expatriation m'ont permis de m'intégrer dans un univers inconnu et d'y prendre mes marques. Je suis convaincu que cela a développé mon ouverture d'esprit et mes capacités d'adaptation et m'a donc préparé à mon entrée dans le monde professionnel.

Mes nombreuses rencontres m'ont également beaucoup apporté. Les locaux sont très fiers de leur ville et toujours présents pour vous faire visiter des endroits ou vivre des moments, que vous n'auriez pu connaître sans eux : déguster un repas typique de riz et de poulet uniquement avec la main droite, visiter le vieux Dubaï et ses boutiques typiques...

A la découverte de Dubaï en échange académique

Sébastien Nagau, étudiant en Parcours Associatif, découvre Dubaï lors de son échange académique au sein de l'IMT (Institut de Management Technologique). Il nous fait partager sa fabuleuse expérience.

dubai.jpgTes premières impressions ?

A l'arrivée dans l'aéroport DXB, j'ai tout de suite été transporté par la magie et la frénésie du pays, la beauté du lieu et la mixité des différentes nationalités présentes. Dans cet imposant aéroport, on trouve même des distributeurs de lingots d'or. Peu à peu, mon anxiété s'est transformée en enthousiasme avec une seule hâte, celle de gagner l'extérieur pour découvrir Dubaï. Lorsque j'ai franchi la porte du terminal, j'ai été écrasé par une vague de chaleur. La température avoisine les 40°C. Lors de mon trajet en taxi pour rejoindre mon logement, j'ai commencé à découvrir l'architecture de la ville impressionnante par la concentration de buildings et leurs tailles démesurées. J'ai eu l'impression d'être dans un gigantesque casino à ciel ouvert.

Tes découvertes ?koooo.jpg

Dès le lendemain, j'ai entamé une visite marathon avant le commencement des cours. J'ai été surpris par la propreté du métro ; il n'y a pas un papier au sol, pas un tag sur les murs. Les stations de métros ont une architecture assez futuriste. J'ai vraiment vu mon premier changement culturel dans le métro, car il existe une 1ère classe avec des sièges plus imposants, ainsi qu'un wagon exclusivement réservé aux femmes et aux enfants. Il faut donc bien veiller à ne pas se tromper si on veut éviter de payer une amende de 1 500 dirhams soit environ 300 euros. A mon arrivée au Dubaï Mall, j'ai été impressionné par l'immensité des lieux et le nombre impressionnant de boutiques. Il y avait un gigantesque aquarium où l'on peut admirer, où on peut faire une pause pendant son shopping, pour admirer des requins et des poissons exotiques nageant autour d'une barrière de corail. En se promenant dans le Mall, on perçoit 'une autre différence culturelle, qui touche à l'habillement. Les femmes portent l'Abaya et un Hijab, le premier étant une longue robe noire et le second un foulard noir couvrant les cheveux, le cou et la plupart du temps également la bouche, pour ne laisser paraître que les yeux. Quant aux hommes, ils portent le Taoud avec un Keffieh ; c'est une longue robe blanche avec un foulard sur la tête maintenu par un long turban noir. Juste à la sortie du centre commercial, il y a un spectacle de fontaines toutes les demi-heures avec une vue imprenable sur le « Burj Khalifa ».

kiii.jpgCe qui t'a le plus marqué ?

Le jeudi soir arrivé, j'ai décidé d'accompagner quelques amis français dans les night-clubs pour découvrir le monde de la nuit à Dubaï. Notre première destination est l'"Armani Privé". Nous assistons à un défilé de voitures de luxe, et de jeunes mannequins montées sur des échasses de 15 cm. Une fois à l'intérieur de la discothèque, j'ai découvert un lieu magnifique avec de gigantesques lustres au plafond.Je suis bien loin de l'image de Dubaï vue jusque là. Les tenues du jour laissent place à la belle robe de soirée pour les filles et au fameux pantalon chemise pour les garçons. Il y a un grand contraste entre le Dubaï du jour et celui de la nuit.

Echange universitaire à Dubaï: 5 mois qui ont marqué ma vie

dubai.pngEn fin de cursus du Parcours Grande École, Mamoune Krafess a fait le choix d'étudier le temps d'un semestre à l'Institut of Management Technology de Dubaï, dans le cadre d'un échange universitaire avec l'ISG. Aujourd'hui de retour en France, il nous livre ses impressions.

L'expérience acquise durant ce semestre à Dubaï fut très enrichissante, d'un point de vue relationnel tout autant que professionnel. En effet, cela m'a permis de rencontrer des personnes issues de cultures différentes, de compléter et d'acquérir des connaissances dans les domaines que j'ai choisis au sein de l'IMT Dubaï. Mon choix de cours était axé sur le Management et le Marketing, mon cours d'Opérations Management m'a permis d'étoffer mes connaissances au niveau opérationnel et également au niveau de la planification stratégique. Pour cela nous avons appris à mettre en évidence certaines théories étudiées pendant le cours au travers de présentations d'études de cas analysant la main d'œuvre ou la productivité d'entreprises. Voulant approfondir également mes connaissances en termes de gouvernance, le cours de Strategic Management m'a permis d'acquérir une nouvelle vision de la compétitivité en prenant en considération les problèmes éthiques afin d'implanter au mieux une stratégie dans une entreprise. D'autres cours m'ont également appris de nouvelles notions et permis d'approfondir mes connaissances.

Avant de m'installer, j'ai tenu à m'informer sur la qualité de vie aux Émirats-Arabes Unis. En effet, avant mon départ, mon impression sur le pays étaient mitigés, en effet le contraste entre la vision d'un pays ouvert à la culture occidentale mais où la loi musulmane est appliquée avait piqué ma curiosité.C'est après m'y être installé que je me suis rendu compte que l'Émirat de Dubaï est une vraie ville occidentale avec une architecture orientale. C'est une ville en perpétuelle construction, avec ses buildings, toujours plus hauts, et ses mosquées resplendissantes.
En sortant et en fréquentant des personnes habitant la ville, j'ai eu l'occasion de faire la rencontre de gens très courtois et ouverts d'esprit, le fait que Dubaï accueille un grand nombre d'étrangers fait que la population forme un mélange de cultures et transforme la ville en une cité où l'on peut découvrir et partager toutes sortes de visions et de pensées. C'est un cocktail de traditions et de modernité unique au monde.

De nos jours, avoir la possibilité d'effectuer un échange à l'étranger est une chance, et il ne faut vraiment pas la manquer. Cet échange contribue à l'enrichissement et à la réussite sociale et professionnelle grâce au développement personnel qui en découle. Ce semestre m'a permis de découvrir la culture indienne et j'ai pu ouvrir mon esprit et acquérir de nouvelles connaissances. Un apport majeur dans ma vie que je n'aurai jamais pu acquérir aussi vite sans avoir tenté cette expérience.

Pour conclure, j'ai l'intention de retourner à Dubaï lorsque j'aurai décroché mon diplôme afin de mettre en pratique toutes mes connaissances dans cette ville incroyable. De plus je voudrai simplement mentionner que toute expérience est enrichissante, et celle-ci plus qu'une autre car j'en suis sorti plein de souvenirs mémorables, avec de nouveaux amis et une nouvelle façon de voir les choses. C'est pourquoi je recommanderai à tous les étudiants voulant effectuer une expérience à l'étranger d'en profiter et de saisir la chance qu'on leur offre.

Lola Khentache : retour sur l'échange académique à Dubaï

Sans titre.pngLola Khentache est partie étudier à l'IMT, grâce au programme d'échange d'étudiants du cursus Grande École de l'ISG. Cette ville qui l'impressionnait tant par son aspect "grandiose et gigantesque" a été le théâtre d'une émancipation totale pour la jeune fille qui en revient « changée humainement ».



  • Acte I: Transition radicale

Un semestre d'échange est une période plutôt courte, mais néanmoins intense en terme d'apprentissage. La première chose à laquelle je pense est la compétence linguistique. Ayant à la base un bon niveau d'anglais, je devais tout de même faire répéter mes interlocuteurs et devais moi-même m'y reprendre à plusieurs fois pour m'exprimer et me faire comprendre correctement.
Étant en colocation avec des américains et anglais, j'ai énormément amélioré mon anglais oral, jusqu'à ne plus me rendre compte que je m'exprimais dans une langue différente de ma langue maternelle. C'est en fait une mécanique qui se met en marche très rapidement.
De plus, j'ai aussi été confrontée à la gestion de mon propre budget, en fonction de mes priorités (logement, déplacements, nourriture), j'ai du faire des choix importants et décisifs qui ont ajouté une difficulté supplémentaire à l'expérience de vivre dans un pays qui nous est totalement étranger. En effet, il a été un peu difficile de trouver un logement car le bail de moins d'un an n'existe pas à Dubaï, c'est ce genre d'imprévu qui bouleverse totalement un budget et qui met en situation tout étudiant en gestion.

dubai marina.png

  • Acte II: Changement progressif de ma vie quotidienne

Il m'a fallu un certain temps avant de bien discerner la culture des Émirats Arabes Unis. Les premières semaines ont été faites d'ajustements au niveau comportemental, vestimentaire (important lorsqu'on est une fille à Dubaï), relationnel, etc. J'ai finalement constaté que ce mode de vie correspondait totalement à mes valeurs. Il faut savoir que l'on côtoie deux modes de vie bien distinct: Celui des locaux et celui des occidentaux. Les locaux sont discrets, polis, souriants et ouvert alors que les expatriés sont la plupart du temps assez mal-polis, extravagants et parfois même sans-gêne (un comportement à déconseiller donc).
Quant aux rapports homme-femmes, j'ai vraiment été surprise de voir que dans le "business", les femmes ont autant de pouvoir que les hommes.
Au final, c'est une culture qui mélange tradition et modernité et qui m'a vraiment séduite. Et surtout par le fait de voir que les femmes ont l'occasion d'avoir "du pouvoir", elles sont libres de faire leurs propres choix.

dubai 3.png

  • Acte III: Évolution de ma manière de travailler

L'Institute of Management Technology (IMT), notre Université, est une Université indienne. C'est à dire que c'était encore une autre culture qu'il a fallu appréhender et découvrir au quotidien. La culture indienne y est omniprésente, plus que la culture arabe. Mais au final, tous les étudiants, qu'ils soient garçon ou fille, se mélangent naturellement et j'ai pu me faire de nombreux amis parmi les étudiants indiens.
Les méthodes d'enseignements et de notations étaient par contre radicalement opposées aux usages français. La plupart du temps, on nous demandait de rendre une présentation Power Point, sans note sur un sujet vague sur lequel nous devions effectuer les recherches en amont. Il était parfois difficile de comprendre les consignes des professeurs parlant anglais (avec un accent indien) très rapidement et à la fin des cours. Mais présenter à l'oral n'a pas représenté une grosse difficulté pour moi, je me suis d'ailleurs rendu compte grâce à ces exercices qu'il était beaucoup plus simple de présenter un projet sans lire ses notes. Un exercice donc très efficace, non seulement pour la mémoire mais aussi pour se perfectionner en anglais.

dubai 4.png

  • Acte final: Bouleversement personnel

Cette expérience représente un réel exercice sur la connaissance de soi. Je sors changée humainement de cette aventure, avec une forte envie de découvrir de nouveaux horizons. Avoir découvert les EAU m'a amené à une réelle réflexion sur les réalités françaises en terme de pauvreté, de problèmes sociaux. Dubaï est une ville où la sécurité règne en permanence et où la pauvreté n'existe que peu voire pas du tout.
Cela a également été le théâtre de rencontres et d'expériences humaines toujours plus enrichissantes. J'ai eu la chance de côtoyer des dizaines de cultures et civilisations différentes dans une harmonie et un bien être omniprésent.

Dubaï cosmopolite et vibrante

Mourad Zaair, étudiant en troisième année du PGE découvre Dubaï et ses multiples facettes.

La culture de Dubaï est aujourd'hui très différente de ce qu'elle était il y a une décennie ou deux. La crique de Dubaï étroite divise la ville en deux parties. La partie nord est plutôt populaire et vivante, la plupart des pakistanais, indiens (malheureusement trop souvent synonyme de main-d'oeuvre a Dubaï y habitent et de nombreux souks y sont présents) on ressent également plus le sentiment de « l'ancien » de ce côté de la crique, au sud c'est toute la grandeur de Dubaï qui s'étend avec tous les malls les plages, les universités et les principaux sièges des multinationales.

La culture de Dubaï est cosmopolite. Avec l'afflux d'un grand nombre de populations étrangères qui incluent, des Persans, des Indiens, des Baluchis, Philippins et Anglais, la culture à Dubaï est devenue mondiale. Avec l'Islam en tant que religion officielle, la population est essentiellement musulmane mais la présence d'Hindus, de Chrétiens, de Sikhs ne peut pas être ignorée et leur présence a laissé une marque indéniable sur la culture à Dubaï ce qui fait de l'émirat un exemple à mes yeux en terme de cohabitation des religions. Comme la religion, la culture de langue à Dubaï est également diversifiée et bien que l'arabe soit déclaré comme langue officielle, l'anglais reste la langue la plus utilisée. Parlant arabe je n'ai eu à utiliser cette langue que deux fois sur un échange de quatre mois. Les écoles ne sont également pas polarisées concernant la langue et bon nombre d'entre elles enseignent des langues étrangères aux étudiants, les trois principales sont l'anglais, l'arabe et le français.

La culture de Dubaï est essentiellement très colorée et vibrante. Le festival d'achats de Dubaï et le festival de film international de Dubaï font partie intégrante de la culture de Dubaï. Nous avons eu la chance d'être présents lors d'un important festival s'appelant « global village » regroupant tous les pays d'Afrique et d'Asie avec des stands aux couleurs de chaque culture.

Pour conclure sur la culture, loin de tous les préjugés Dubaï est une ville très ouverte sécurisée avec des lois répressives qui permettent aux habitants de vivre dans le confort, mais aussi et surtout avec une notion de service complètement différente de celle que l'on a en France grâce a une main d'œuvre bon marché.

Les multiples facettes de Dubaï

Marie-Anne PAUL, étudiante en troisième année du Master Grande Ecole nous fait partager sa découverte de Dubaï en échange académique.

Dubaï, l'émirat le plus connu des sept émirats qui composent la fédération est de loin l'un des endroits le plus surprenant à voir ! Les projets les plus grands sont lancés toujours plus impressionnants les uns que les autres, les différences culturelles sont aussi enrichissantes qu'étonnantes et les paysages changeant ne cesse d'égayer la curiosité à chaque coin de rue ...

La ville de Dubaï

L'architecture à Dubaï est impressionnante. En effet, cette ville entièrement nouvelle et construite dans le désert abrite les projets les plus médiatisés comme l'hôtel le plus luxueux au monde : le Burj Al Arad, Palm Island une presqu'île artificielle qui a la forme d'un palmier, l'immeuble le plus grand au monde : le Burj Khalifa et prochainement la construction de The World, un archipel artificiel qui reproduit la carte du monde. Lorsque l'on traverse Dubaï, on est impressionné par le nombre de building en construction. On a la véritable impression que Dubaï ne s'arrête jamais : les buildings se montent à une très grande vitesse, des nouveaux quartiers se créaient et toujours avec l'impression d'un « toujours mieux faire » : plus grand, plus haut, plus impressionnant, plus luxueux ! Le visage de la ville change rapidement au rythme des constructions ...

Se balader dans la ville de Dubaï est impossible sans voiture. En effet, tout est très espacé. La ville est traversée par une route : la Sheikh Zayed Road (douze voies) qui est la principale artère de Dubaï. Chaque quartier à Dubaï a sa particularité : par exemple le quartier Media City est un regroupement des entreprises de publicité, journaux, médias ... Le quartier de Bur Dubaï est l'ancien Dubaï, ou l'on trouve des souks comme le vieux souk couvert, le souk de poissons, le souk des épices et des textiles ...Ils sont tous situés proche les uns des autres. Le « Gold and Diamond Park » est un marché de bijoux, d'or et de diamants et autres métaux précieux. Les vendeurs proposent les prix de l'or les plus bas du marché, et les créations artisanales sont très fines et originales. On peut également passer commande pour reproduire des bijoux déjà existants, à l'identique ! Le « Souk de l'or de Deira » est mondialement connu depuis les années 1940. Ce marché comprend de très nombreuses boutiques, le choix des bijoux est énorme et là aussi, les prix défient toute concurrence ! Un guide nous a d'ailleurs appris qu'il y a environ 10 tonnes d'or constamment présentes sur le marché de l'or de Dubaï ! Dans ce souk, les prix se font évidemment au marchandage, mais le prix de l'or ne bouge pas c'est seulement le prix de la main d'œuvre qui va faire que le bijou sera moins cher ici plutôt qu'à l'extérieur du marché. La Marina est le quartier touristique : proche de la mer, avec une petite corniche et des ports de plaisance. Financial District est un quartier « business » composé des sièges des banques et autres entités financières. Dubaï est une ville véritablement éclectique et concilie tradition et modernité en mélangeant souks traditionnels et building ultra moderne... Les centres commerciaux de Dubaï sont impressionnants ! Ils représentent 14 millions de mètres carrés. Parmi eux, le Mall of the Emirates mondialement connu par la présence d'une piste de ski à l'intérieur même du centre commercial ! Ce mall comporte même un complexe cinématographique, une zone de jeux, une piste de bowling. Le snow park permet aux visiteurs de skier, surfer, faire de la luge ou se promener ... La piste de ski et le snow park sont totalement fermé par des énormes baies vitrées ce qui permet aux visiteurs du Mall Of the Emirates de regarder les skieurs, des cafés ambiance montagne (gros fauteuil en cuir, fausse cheminée, décoration en bois) ont été installé devant ces baies vitrées afin de reconstituer une véritable ambiance hivernale !

Culture

Le brassage culturel à Dubaï est le deuxième point marquant de cette ville. En effet, Dubaï est composé à 90% d'étrangers. On y rencontre alors des personnes du monde entier en contraste avec les émiratis vêtus de leurs vêtements traditionnels, les dishdashas et les abayas. Dans les centres commerciaux gigantesques de Dubaï : le « Dubaï Mall » et « Mall of Emirates », les cultures occidentales et orientales se mélangent ce qui crée un climat vibrant et cosmopolite, qui fait la particularité de ce pays. Concernant la culture à proprement parler, les sites culturels restent très peu nombreux. En effet, l'émirat de Dubaï étant récent, son histoire reste alors riche mais peu exploitée. Consciente de cette absence, la ville de Dubaï amplifie ses activités culturelles pour restaurer et valoriser le patrimoine culturel de Dubaï. Le mois de septembre nous a permis de faire quelques visites culturelles afin de s'imprégner de l'histoire et de la culture de l'émirat de Dubaï.

Nous avons sommes allés au Dubaï Global Village ainsi qu'au musée de Dubaï. Global Village Le Dubaï Global Village est constitué d'immenses pavillons qui représente les pays du Moyen Orient, mais aussi de l'Asie (et l'Espagne .. !). Chaque pavillon propose des marchandises, de l'artisanat et de la nourriture locale. Cela nous permet de voir la culture de différents pays et certaines traditions locales ... Nous avons visité certains pavillons, dont je n'avais aucunes idées des produits locaux ou mêmes des tenues vestimentaires locales, comme par exemple la Syrie, le Yémen ou encore l'Iran. Au Global Village, on trouve aussi toute une partie « parc d'attraction », avec une reconstituions des canaux de Venise qui relie les pavillons aux manèges. Global Village propose des manèges pour les petits comme pour les grands, ainsi que des animations de musique, théâtre et danse dans tout l'espace.

Le musée de Dubaï est dans le fort Al Fahidi. Il a été construit en 1787. Lors de notre visite, nous avons pu voir des photos aériennes du développement de Dubaï depuis 80 ans, des objets de la vie traditionnelle de Dubaï (les anciennes machines à coudre, des épées, des casseroles), et en apprendre en peu plus sur l'histoire des Emirats Arabes Unis. Pour finir, une présentation sur l'évolution de la ville depuis sa création au jour d'aujourd'hui nous a permis de nous rendre compte de l'ampleur de la vitesse des constructions à Dubaï !

L'université : Institute of Management and Technology

La rentrée à l'Institute of Management and Technology Dubaï (IMT) s'est déroulée en deux jours. Le premier était les présentations de l'école, du corps professoral et de la direction. On a aussi pris connaissance du déroulement du semestre, et choisi nos cours. Nous avons pu aussi prendre nos marques sur le campus de l'IMT mais aussi dans la mini ville qui est composée d'un regroupement d'universités. En effet, l'IMT a son propre campus pour ses étudiants qui comporte les salles de cours, mais aussi des dortoirs, un restaurant université, une salle de sport et un terrain. Et ce campus est lui même dans une zone universitaire appelée : Academic city qui comprends plusieurs universités comme une filiale de l'université américaine de Dubaï, la British university, mais aussi ESMOD Paris ... Academic city est située à 40 minutes en voiture du centre de Dubaï. Ce quartier a un aménagement similaire aux campus anglo-saxon : c'est à dire toutes les universités regroupées, des jardins qui relient tout, un supermarché, une bibliothèque, un food court (un grand espace avec plusieurs type de fast food et des grandes tables au milieu). Le règlement dans cet espace est plutôt stricte notamment concernant les tenues vestimentaires (pantalons et tee shirt long de rigueur). Pour le deuxième jour d'intégration à l'IMT, nous avons été placés en groupe au hasard pour répondre à des cas. Cela nous a permis de rencontrer de nouvelles personnes, des étudiants d'origines différentes. L'université étant indienne, nous avons pu rencontrer beaucoup d'étudiants indiens et ainsi échanger sur leur culture, leur mode de vie, mais aussi durant les travaux de groupe voir leurs méthodes de travail, souvent très différentes de la notre ! Le mois de septembre à l'IMT Dubaï a été très enrichissant et intense : comprendre des cours complètement en anglais et sans possibilité de traduction en français a été dur au début. De plus, les différentes méthodes d'enseignements ont été difficile à assimiler notamment concernant le déroulement des cours : pas de support papier, l'information qui passe mal entre professeur et étudiant, des problèmes d'accent ...Cependant, une fois que les débuts sont passés, nous avons pris maintenant plus l'habitude et la compréhension devient de plus en plus facile.

Excursions dans les émirats

Pendant les weekends nous avons fait trois excursions : l'émirat de Sharjah, Hatta et Al Ain. Nous avons pu constater qu'à l'extérieur de Dubaï la population vit de façon plus traditionnelle. Dans les montagnes, à Hatta nous avons fait la rencontre de personnes très ouvertes et hospitalières qui sont venues tout de suite nous parler, nous raconter leur histoire, nous ont amené visiter les montagnes et oasis, nous ont offert des dattes et du lait arabe ... Les gens sont vraiment chaleureux et disposés à discuter et partager.

A l'émirat de Sharjah, nous nous sommes promené le long de la corniche avec en premier plan les filets de pêches et les barques et en second plan les buildings énormes de la ville de Sharjah, ville voisine à Dubaï (40 minutes en voiture), sur le trajet nous avons pu contempler les innombrables mosquées toutes plus grandes les unes que les autres ! Ensuite, nous sommes allées au Port Khalid pour voir les quais de dhows (ancien bateaux de commerce en bois) qui chargent et déchargent leurs cargaisons diverses en provenance de toute la région. Ces dhows partent principalement pour l'Iran. Pour finir, nous avons fait un tour en bateau à la Dubaï Creek, ou l'on peut voir le port de Dubaï ou se mélange bateaux de tourisme, pêche et commerce ... Le second weekend, nous sommes allés à Hatta, ville située au pied des montagnes du Hajjar à 1h30 de route de Dubaï.

Sur la route, nous avons traversé l'énorme chaine de montagnes appelée Hajjar. Le paysage était impressionnant : d'énormes montagnes côtoyant des plaines de gravier et oasis. Arrivées à Hatta, nous avons visité le vieux fort et les tours de garde (Hatta est un ancien village fortifié). Après une balade dans les montagnes par un cultivateur, nous avons repris la voiture pour nous arrêter dans un oasis ou pleins de famille s'étaient réunis pour se promener, se baigner ... La rencontre avec ces personnes étaient très enrichissante, le contact était facile et prenant.

Enfin, pour notre troisième visite, nous sommes allés à Al Ain. Cette ville est située à l'est de l'émirat d'Abu Dhabi. C'est une ville jardin, c'est à dire très verte, remplie de fleur et d'arbre et tout entourée par des montagnes rocheuses spectaculaires. Les visites étaient culturelles : nous avons visité le musée d'Al Ain dédié au mode de vie et à l'artisanat bédouin, le site archéologique de Hili, le fort oriental appelé Eastern Fort ainsi que le « camel market ». Les visites étaient intéressantes, et ont permis d'en apprendre plus sur l'histoire des émirats arabes unis, la culture et les traditions. Pour finir, nous nous sommes rendues à l'oasis de Buraimi : un énorme jardin avec pleins de petites oasis qui formé un ancien système d'irrigation pour la ville et les alentours. Il est important de noter qu'au milieu de toute cette modernité, les paysages stupéfiant du désert séduisent à quelques kilomètres seulement de la ville, ou les chameaux errent encore librement.

PAUL-1.jpg

Découvrir Dubaï, les premières impressions de Lola.

Lola Khentache, étudiante en troisième année du Master Grande Ecole, découvre Dubaï lors de son échange académique. Dépaysement complet au programme !

"La ville est constituée de plusieurs quartiers dont les plus célèbres sont la Marina (quartier d'expatriés et port de plaisance), Al Barsha avec le grand Mall Of The Emirates (et sa piste de ski), Jumeirah qui longe la côte et où est situé l'hôtel en Burj Al Arab (en forme de voile), Deira et Bur Dubaï (populaires), Dubaï Palm, Business Bay/Downtown (avec le Burj Khalifa, tour la plus haute du monde et le Dubaï Mall), Dubaï Creek (avec le port d'import/export).
De mon point de vue, Dubaï est une ville à apprécier principalement pour son architecture : les tours de verre, les quartiers résidentiels avec d'immenses maisons et les hôtels qui redoublent d'efforts pour vous faire vivre le rêve façon milles et unes nuits. Un mélange de modernité et de style arabe, avec un seul mot d'ordre : la démesure. Beaucoup de buildings et d'hôtels sont devenus célèbres à travers le monde comme l'hôtel Atlantis avec ses aquariums géants, l'hôtel Burj Al Arab en forme de voile, le Burj Khalifa et ses fontaines qui sont les emblèmes de la ville.

Une vie agréable et facilité par de nombreux services de qualité.
Concernant le style de vie, je dirais qu'il est en apparence nord-américain : des grands buildings, des énormes voitures, sur des routes à 6 voies, des fast-food partout, des centres commerciaux géants, même la nourriture au supermarché est vendue dans des quantités un peu «surhumaines».
La population aime être discrète et courtoise. Beaucoup de gens viennent ici pour travailler et gagner leur vie, mais tout le monde sera d'accord pour dire que la vie dans les Emirats est paisible et facile. Je n'ai toujours pas aperçu une seule once de stress, même le métro est calme et tranquille avec ses trois classes : la classe régulière, la classe réservée aux femmes et la classe «gold» avec ses fauteuils très confortables. J'avoue qu'avec les tarifs du taxi, je n'ai pas encore eu l'occasion de tester ce fameux métro à l'allure de navette spatiale. En effet, un trajet en taxi - pour me rendre chez des amis ou au centre commercial - coûte entre 2 et 4 euros !
D'autre part, des voituriers sont présents dans tous les établissements, la plupart des restaurants et tous les fast-food livrent à domicile, ainsi que les épiceries, pharmacies et même le pressing. Il y a aussi des petites voiturettes à disposition dans les immenses centres commerciaux pour aller de boutique en boutique - en général, les femmes locales se baladent de cette façon avec leurs nombreux sacs !

Dubai-Khentache1.JPG

Sortir et se divertir : un large choix d'activités.
Ici, les gens profitent des weekends (vendredi et samedi) et des vacances pour passer du temps en famille. Les centres commerciaux sont bondés, car en dehors du shopping ils proposent de nombreuses activités : le ski, le patin à glace, les cinémas, les food-court/cafés/restaurants, les espaces de jeux pour les enfants et les plus grands. Il n'est pas rare d'y voir les pères de famille accompagnés de leurs enfants. Il y a aussi beaucoup de monde sur les «walks», endroits réservés aux piétons, ce qui est rare à Dubaï. Les plus prisés sont ceux de la Marina (Marina Walk) et celui longeant le quartier de Jumeriah Beach Residence, face à la mer. Il y a de nombreux restaurants et cafés, un marché, des jeux pour enfants. Même à 2h du matin c'est encore très animé !
Et bien sûr, le weekend est le moment privilégié pour aller à la plage, retrouver famille et amis, et ce jusqu'au coucher du soleil ; ou bien prendre le bateau et passer la journée près de la côte. En bref, le weekend à Dubaï est très chargé et les activités ne manquent pas !
Des centaines de restaurants, bars et clubs de nuits se remplissent chaque soir. Dans un pays traditionnel, le monde de la nuit représente un grand écart. C'est aussi le ballet des voitures de sport, spectacle qui concurrencerait presque le salon de l'automobile. Les lieux pour sortir sont très agréables, luxueux et avec un service impeccable. Ils se trouvent dans les hôtels, en haut des tours, avec parfois une vue incroyable.

Dubai-Khentache3.JPG

Le choix de la collocation pour les étudiants
Concernant mon expérience personnelle, j'ai été très vite occupée par la reprise des cours et la recherche d'un logement. La solution la plus courante et la plus pratique pour des locations de courtes durées (c'est à dire moins d'1 an) reste la colocation. La colocation, à Dubaï, consiste en la location d'une chambre dans un immense appartement. Certaines ont leur propre salle de bain, d'autres la partagent avec un seul autre colocataire. En ce qui me concerne, j'ai eu énormément de chance. Non seulement en trouvant une chambre dans une superbe tour avec une vue imprenable sur la mer, le port, et la palme - mais aussi une salle de sport tout équipée et une piscine très agréable. Ma tour est en fait un hôtel, je bénéficie ainsi de tous les services associés. De plus l'appartement est grand et dispose d'un salon où l'on se retrouve pour discuter et échanger nos expériences. Ma vie de tous les jours ici est rythmée entre cours à l'IMT, séances à la bibliothèque, détente à la plage et petites soirées avec les amis. J'ai fait des visites notamment Abu Dhabi et Sharjah- les villes voisines, quelques souks et le désert. Dans l'ensemble tout se passe très bien, je n'ai pas eu de mal à m'acclimater au mode de vie. Je dirais même que loin du stress de Paris et de son hiver qui arrive très vite, c'est plutôt chose facile !

Installation à Dubaï et premières impressions

Mamoune Krafess est en dernière année du parcours Grande Ecole (parcours associatif) . Parti en échange académique à Dubaï, il nous apporte son témoignage.

Dubai_Mamoune.pngArrivé au début du mois de septembre, après 6h30 de vol, j'ai été très agréablement surpris dès mon atterrisage à l'aéroport. En effet l'univers grandiose que l'on m'a décrit de Dubaï, débute dès cet endroit. Je parle ici d'un aéroport où l'on marche sur des moquettes, situées un peu partout, et où l'on peut se balader en traversant des zones dotées de réels palmiers...Cela me donne donc un avant goût de ce que je découvrirai pendant mon séjour dans cette ville magnifique. Après avoir récupéré mes valises et passé l'ensemble des contrôles d'identité, me voilà sous une température de 30° avec un taux élevé d'humidité à 1h du matin, autant vous dire que l'on étouffe carrément.

Dubai_Mamoune 1.png

Les habitants de Dubaï sont très courtois et très ouverts aux étrangers. A part les produits de luxe la vie quotidienne n'est pas très chère, en effet les prix des produits courants comme l'eau sont 80% moins chers qu'en France. Les transports en commun, tous climatisés, sont également peu coûteux et desservent l'ensemble de la ville.

Dubai_Mamoune 2.png

Dubaï a plus d'une ville à l'américaine que d'une ville orientale. Elle est dotée de buildings hors du commun par leur architecture, de Malls gigantesques ( centre commerciaux ), d'hôtels très luxueux mais également de lieux sortants des contes des Milles et un Nuit. Je pense tout particulièrement à un endroit appelé "Madinat Jumeirah" où l'on peut se balader à la belle étoile sur une sorte de pirogue à travers des chemins illuminés par des chandelles.


Pour visiter complètement la ville et faire le tour des incontournables à Dubaï, il faut compter une semaine. Afin d'avoir un bon aperçu de la ville il ne faut pas manquer :

  • La Burj Khalifa Tower :
    • 828 mètres de haut soit quasiment 3 fois la hauteur de la Tour Eiffel. C'est le record de la plus haute structure jamais construite par l'homme,
    • 160 étages habitables dont le dernier culmine à 636 mètres. La flèche au sommet mesure donc près de 200 mètres.
    • La tour est visible à une distance de 95 Kms

Dubai_mamoune 3.png

  • Burj El Arab Dubaï : l'hôtel le plus luxeux du monde

Dubai_mamoune 4.png

  • Aquaventure et Wild Wadi sont les plus grands parcs aquatiques. Le plus visité est celui situé tout près du Burj al Arab ( Wild Wadi), très conccurencé par celui de l'hôtel Atlantis (Aquaventure) car il donne accès aux visiteurs à l'aquarium de l'hôtel, ainsi qu'à un bassin permettant de nager avec des dauphins.
  • Palm Jumeirath et l'Atantis : La Palm Jumeirath est une presqu'île artificielle en forme de palmier. Au sommet de ce palmier se trouve l'hôtel Atlantis. C'est l'un des hôtels les plus majestueux des Emirats; montrant encore une fois la folie des grandeurs que l'on trouve dans ce pays.

Dubai_Mamoune 5.png

  • Ski Dubaï : la piste de ski de Dubaï est l'une des attractions touristiques les plus connues des Emirats Arabes Unis. C'est vrai que faire du ski dans un pays connu pour son désert et sa température élevée, est une activité plutôt hors du commun; mais il est important d'indiquer que cela ne vaut pas les vraies pistes de ski françaises ou suisses.

Dubai_Mamoune 6.png

Les Emirats Arabes ont une culture très riche et très ancienne mais qui a considérablement changé avec la découverte du pétrole dans les années 1970. Aujourd'hui, les Emirats Arabes Unis sont un mélange entre tradition et modernité occidentale. On trouve aux Emirats, et plus particullièrement à Dubaï et Abu Dhabi :

  • Une majorité d'indiens et de pakistanais
  • Une part importante d'asiatiques représentés principalement par les communautés de Philippines et d'Indonésie
  • Une minorité provenant des pays arabes ( Egypte, Syrie et Liban )
  • Une minorité d'européens, principalement des anglais
  • Les locaux quant à eux ne représentent que 10% à 15% de la population.

Abonnez-vous
Suivez l'actualité
de l'école

Recherche

Chercher dans ce blog :

Archives

Nuage de tags

ISG approprie-toi le monde

A propos de l'ISG :

L'Institut Supérieur de Gestion (ISG), membre IONIS Education Group, créé il y a plus 40 ans est une Grande Ecole de Commerce, visée par l'Etat, membre de la Conférence des Grandes Ecoles et du Chapitre des Ecoles de Management. Le diplôme Programme grande école de l’ISG est visé bac+5 et confère le Grade de Master. Sa pédagogie innovante et en phase avec les entreprises est au service de sa mission : former des managers responsables, créatifs, entreprenants et aptes à évoluer à l’International. L’ISG s’appuie sur un réseau de 88 universités partenaires dans 35 pays et sur son association d’anciens élèves, comptant 19300 diplômés. L'ISG propose des formations pour tous les profils, de Bac à Bac+5, mais aussi des programmes de formation continue et de VAE pour les personnes ayant déjà une expérience professionnelle. L’ISG forme chaque année 1 650 étudiants au sein de ses programmes. Depuis sa création il y a plus de 40 ans, l'ISG a acquis une reconnaissance internationale grâce à l’accréditation ACBSP , il est aussi membre de l'EFMD et CLADEA. L'école est également membre de l'American Chamber of Paris, et partenaire de l'UNIDO. Son laboratoire de recherche, le GRiiSG, a pour thèmes de recherche principaux : entrepreneuriat et marché, management et innovation et management des risques.
ISG. Make the world yours.