Ecole de commerce

Diplôme Grande École visé Bac+5, Grade de Master

Actualités et presse

Et si demain... la culture disparaissait peu à peu des médias

2017 est une année importante pour l'ISG, qui franchit l'étape symbolique d'un demi-siècle d'existence. Pour célébrer cet anniversaire, nous avons choisi de donner la parole à nos diplômés, hommes et femmes, de toutes générations, aux parcours divers en France et à l'International. Le livre « Et si demain », préfacé par Jacques Attali, réunit leur vision et leurs espoirs pour demain.

Miniature de l'image pour Géraldine Maillet_Photo.jpgGéraldine Maillet (ISG promo 1994), auteure, chroniqueuse et réalisatrice a partagé avec nous sa vision d'un monde ou la culture disparaîtrait peu à peu des médias.

À quelques exceptions près comme La Grande Librairie sur France 5, qui génère un bel audimat, la culture représente chaque jour davantage une niche dans le paysage audiovisuel français. Mais elle n' a pas pour autant disparu de nos écrans. Sa présence s'illustre juste de manière différente. Et personnellement, je crois à son avenir sur nos chaînes. Quand des émissions culturelles se font plus rares sur les écrans, à ceux qui comme moi croient en la culture, de faire en sorte qu'elle s'invite dans les émissions grand public.

Tout est possible

Comme défendre un livre confidentiel que j'ai aimé à Touche pas à mon poste !, une émission qui cumule des records d'audience en access prime time. Si parmi le million et quelques de téléspectateurs qui m'ont vu et entendu parler du livre, ne serait-ce qu'une quinzaine d'entre eux se rend en librairie pour l'acheter, j'aurai gagné mon combat pour promouvoir un auteur auquel j'ai cru. Il faut juste sortir des codes, penser différemment. Un principe retenu durant mes études. C'est ce que m'a appris mon cursus à l'ISG, rien n'est impossible lorsque tu le veux vraiment...

Retrouvez l'intégralité du texte de Géraldine Maillet dans le livre "Et si demain..."


Et si demain... On accédait différemment à la culture

2017 est une année importante pour l'ISG, qui franchit l'étape symbolique d'un demi-siècle d'existence. Pour célébrer cet anniversaire, nous avons choisi de donner la parole à nos diplômés, hommes et femmes, de toutes générations, aux parcours divers en France et à l'International. Le livre « Et si demain », préfacé par Jacques Attali, réunit leur vision et leurs espoirs pour demain.

Anthony Zameczkowski_Photo.jpgAnthony Zameczkowski (ISG promo 1999), Vice-Président en charge du développement de Netflix Asie a partagé avec nous sa vision d'un monde où on accèderait différement à la culture

Avec l'arrivée du digital, l'univers des produits culturels, qui n'avait pas vraiment connu de changements depuis des années, a vécu de bouleversements. Musique, films et séries en streaming, livres numériques, jeux en ligne... autant de révolutions culturelles qui ont redistribué les cartes au niveau mondial. Mais la culture est-elle vraiment différente aujourd'hui ? Ne serait-ce pas plutôt le mode de distribution et la façon de consommer la culture qui ont changé plutôt que les produits culturels eux-mêmes ?

Vers toujours plus de liberté de consommer la culture

Ne plus être contraint d'acheter des CD ou des DVD, grâce à un abonnement mensuel à Spotify ou Netflix, pour écouter de la musique ou regarder des films en illimité, est un formidable gain de liberté pour le consommateur de produits culturels. Ces nouveaux modes de consommation de la culture offrent d'abord une liberté sur le plan budgétaire, en proposant des abonnements que l'on peut cesser quand on le souhaite, contrairement aux contrats des chaînes payantes bloqués durant au moins un an, parfois plus. Au regard des prix élevés des CD et des DVD, les économies faites en s'abonnant à ces plateformes musique, films et séries, sont évidentes. La liberté ne s'arrête pas au budget...

Retrouvez l'intégralité du texte d'Anthony Zameczkowski dans le livre "Et si demain..."


Et si demain... Le dir com était le premier early adopter de l'entreprise

2017 est une année importante pour l'ISG, qui franchit l'étape symbolique d'un demi-siècle d'existence. Pour célébrer cet anniversaire, nous avons choisi de donner la parole à nos diplômés, hommes et femmes, de toutes générations, aux parcours divers en France et à l'International. Le livre « Et si demain », préfacé par Jacques Attali, réunit leur vision et leurs espoirs pour demain.

Peggy Nahmany.jpgPeggy Nahmany (ISG promo 1992), Vice-Président, directeur de la communication de Publicis Groupe a partagé avec nous sa vision d'un monde où le dir com serait le premier early adopter de l'entreprise.

Aujourd'hui encore, la méthodologie dispensée à l'ISG, l'approche stratégique des champs de l'information et de la communication, ainsi qu'un savoir-faire en matière de mise en œuvre des outils me servent au quotidien. Enfin, on nous a appris à nous adapter à toute situation humaine et professionnelle. Dans un monde qui ne cesse de se transformer, cette agilité d'esprit est précieuse, particulièrement dans l'univers de la communication.

Le Dir Com doit être un puissant moteur d'innovation et de transformation.

Les métiers de la communication riment plus que jamais avec transformation, compte tenu de l'irruption massive et irréversible des médias sociaux et de la connectivité numérique permanente. Ces bouleversements ont changé la donne et tout accéléré. Internet, le mobile, les réseaux sociaux et la vidéo ont tout bouleversé. Le nouveau monde est horizontal, fait de partage et de co-création.

L'approche verticale appartient au passé. Il faut être dans la modernité et ne pas avoir peur de ce changement. Anticiper, s'adapter aux nouvelles pratiques, être précurseur et innovant est primordial pour un dir com. Plongée dans le digital depuis le début de la bulle internet, à l'époque où je vivais à New York, j'ai vite compris que mon job ne serait plus jamais le même. Je devais anticiper le changement qui s'opérait dans et autour de mon métier. Tout comme les entreprises sont amenées à se transformer, ma fonction appelle à se remettre en question en permanence, que ce soit par rapport à l'information en continu ou au nouveau lexique employé sur les réseaux sociaux.

Retrouvez l'intégralité du texte de Peggy Nahmany dans le livre "Et si demain..."


Et si demain... nous étions tous des personnalités

2017 est une année importante pour l'ISG, qui franchit l'étape symbolique d'un demi-siècle d'existence. Pour célébrer cet anniversaire, nous avons choisi de donner la parole à nos diplômés, hommes et femmes, de toutes générations, aux parcours divers en France et à l'International. Le livre « Et si demain », préfacé par Jacques Attali, réunit leur vision et leurs espoirs pour demain.

Alexis Caradet.jpgAlexis Caradet (ISG promo 2014), PDG fondateur de Portrait 2.0 a partagé avec nous sa vision d'un monde où nous serions tous des personnalités.

Comme « googliser » est devenu un mot qui ne tardera pas à entrer dans le dictionnaire de l'Académie française, il est nécessaire de prendre en main son image sur Internet. Car être recherché sur le Web dans un cadre personnel, professionnel ou social, est désormais une habitude, voire un réflexe. Notre identité sur le Net est devenue si importante qu'elle a tendance aujourd'hui à se substituer à l'identité que l'on a dans la vie. Pour la préserver et par là même protéger sa e-réputation, il est grand temps de prendre soin de son image 2.0, en s'attachant particulièrement à présenter les meilleures photos de soi sur la Toile.

Il est nécessaire d'avoir une image parfaite sur internet

Qu'on le veuille ou non, avec Internet, nous sommes tous des personnalités. Portrait 2.0 est né de ce constat. Faute de ne pouvoir être absents du Web, ce qui aujourd'hui attiserait plutôt la suspicion, nous devons nous y présenter sous notre meilleur jour. Et bien entendu, cela passe par une bonne photographie. Or, combien de personnes affichent la meilleure image d'elles-mêmes sur Internet ? Très peu dans les faits. Pourtant, une mauvaise photo peut être discriminante, dans les relations d'affaires comme lors de la recherche d'un emploi. Car qu'elle soit de qualité ou non, la photographie attirera l'attention de celui qui s'intéresse à vous sur le Web. Ce n'est pas un hasard si sur LinkedIn un profil avec photo est 11 fois plus consulté qu'un profil sans photo. Dont acte.

Retrouvez l'intégralité du texte d'Alexis Caradet dans le livre "Et si demain..." :


LOGO-50ANS-ISG-01-2017-BLEU.png1967 - 2017 : L'année des 50 ans de l'ISG

Nous accueillons aujourd'hui 3 500 étudiants par an au sein de 9 programmes sur des campus à Paris, dans 7 villes en régions, et à l'International, dès la rentrée prochaine. Notre développement se poursuit grâce à notre réseau de 160 universités partenaires, implantées dans 56 pays, mais aussi grâce à l'implication de nos 21 000 diplômés, actifs aux 4 coins du globe.

Et si demain... les réseaux sociaux devenaient toujours plus indispensables aux marques

2017 est une année importante pour l'ISG, qui franchit l'étape symbolique d'un demi-siècle d'existence. Pour célébrer cet anniversaire, nous avons choisi de donner la parole à nos diplômés, hommes et femmes, de toutes générations, aux parcours divers en France et à l'International. Le livre « Et si demain », préfacé par Jacques Attali, réunit leur vision et leurs espoirs pour demain.

Marie Sornin (ISG promo 1997) directrice du développement international chez Twitter a partagé avec nous sa vision d'un monde où les réseaux sociaux deviendraient toujours plus indispensables aux marques.

Marie Sornin.JPGÀ l'heure où Facebook, Twitter et Instagram sont des médias plus que des réseaux sociaux, on peut se demander quels sont les types de contenus qui vont émerger dans les prochaines années. Car hyperfidéliser les utilisateurs tout en leur proposant une expérience utile et unique est un enjeu majeur pour les marques. Les réseaux sociaux leaders l'ont bien compris et évoluent constamment en se dotant d'outils toujours plus pointus pour booster les ventes des marques.

L'évolution permanente des réseaux sociaux

Les réseaux sociaux sont désormais retenus prioritairement dans les plans médias des annonceurs afin de participer à leur marketing. Pour répondre davantage aux attentes des marques, ils se dotent d'outils toujours plus performants. Ainsi, Instagram et Facebook intègrent des algorithmes pour déterminer les contenus pertinents devant apparaître dans le fil photo des utilisateurs. Twitter permet de la communication hyperciblée en temps réel. L'arrivée régulière de nouveaux formats de publication (TrueView, carrousels...) et d'applications mobiles spécialisées (vidéos accélérées ou en slow motion, collages, bumper video...) sont autant de moyens mis au service des marques pour croître leur notoriété. Les réseaux sociaux correspondent parfaitement aux attentes des consommateurs. Leurs membres ne sont pas publiphobes, mais ils veulent que les contenus publicitaires ou sponsorisés soient pertinents et en affinité avec leur personnalité et leurs intérêts. À l'opposé de la communication de masse censée toucher tout le monde. Les marques ont bien intégré que les réseaux sociaux leur permettent de cibler leur audience et de s'adapter aux attentes de leurs cibles en temps réel.

Retrouvez l'intégralité du texte de Marie Sornin dans le livre "Et si demain..." :


LOGO-50ANS-ISG-01-2017-BLEU.png1967 - 2017 : L'année des 50 ans de l'ISG

Nous accueillons aujourd'hui 3 500 étudiants par an au sein de 9 programmes sur des campus à Paris, dans 7 villes en régions, et à l'International, dès la rentrée prochaine. Notre développement se poursuit grâce à notre réseau de 160 universités partenaires, implantées dans 56 pays, mais aussi grâce à l'implication de nos 21 000 diplômés, actifs aux 4 coins du globe.

Le nouveau IONISMag vient de paraître !

Le 36e numéro du magazine du Groupe est disponible.

Au sommaire de cette nouvelle édition :

Bonne lecture !

Et si demain... l'émotion prenait le pouvoir

2017 est une année importante pour l'ISG, qui franchit l'étape symbolique d'un demi-siècle d'existence. Pour célébrer cet anniversaire, nous avons choisi de donner la parole à nos diplômés, hommes et femmes, de toutes générations, aux parcours divers en France et à l'International. Le livre « Et si demain », préfacé par Jacques Attali, réunit leur vision et leurs espoirs pour demain.

Frank Tapiro.jpgFrank Tapiro (ISG promo 1987) fondateur d'Hémisphère Droit et de DatakaLab a partagé avec nous sa vision d'un monde où l'émotion prendrait le pouvoir.

Quand la Silicon Valley est en train de nous façonner un avenir déshumanisé façon Asimov où les robots remplacent les hommes, il est urgent de remettre l'humain au cœur de la société. Savoir écouter et analyser les émotions plutôt que les chiffres, à une époque où les data régissent nos vies, relève d'un véritable enjeu sociétal, aussi bien pour les marques et les institutions que pour l'homme dans sa globalité.

Sans émotion pas d'action

On associe trop souvent les entreprises au succès commercial en oubliant l'élément fondamental de leur réussite : le lien émotionnel de la marque avec son public. Une marque n'existe que parce qu'elle parvient à susciter l'émotion. Toute marque qui abandonne ce principe en se focalisant sur des stratégies marketing fondées quasi exclusivement sur les critères quantitatifs imposés par les data, sera vouée à disparaître de notre environnement, faute de s'être imposée dans nos mémoires. Car seule l'émotion crée durablement le souvenir. Nous ne nous souvenons pas de ce qui nous occupait il y a un an jour pour jour à la même heure. Nous n'oublierons jamais ce que nous faisions le 11 septembre 2011 lors de l'attentat du World Trade Center. Un ancrage émotionnel fort marque le public de façon consciente et inconsciente. Car c'est l'émotion qui dirige nos décisions et nos actions.

Retrouvez l'intégralité du texte de Frank Tapiro dans le livre "Et si demain..." :


LOGO-50ANS-ISG-01-2017-BLEU.png1967 - 2017 : L'année des 50 ans de l'ISG

Nous accueillons aujourd'hui 3 500 étudiants par an au sein de 9 programmes sur des campus à Paris, dans 7 villes en régions, et à l'International, dès la rentrée prochaine. Notre développement se poursuit grâce à notre réseau de 160 universités partenaires, implantées dans 56 pays, mais aussi grâce à l'implication de nos 21 000 diplômés, actifs aux 4 coins du globe.

Et si demain... On décidait de lancer un blog

2017 est une année importante pour l'ISG, qui franchit l'étape symbolique d'un demi-siècle d'existence. Pour célébrer cet anniversaire, nous avons choisi de donner la parole à nos diplômés, hommes et femmes, de toutes générations, aux parcours divers en France et à l'International. Le livre « Et si demain », préfacé par Jacques Attali, réunit leur vision et leurs espoirs pour demain.

Marine Chevalier.jpgMarine Chevalier (ISG promo 2007) Fondatrice de My Beauty Community a partagé sa vision d'un monde où chacun déciderait de lancer son blog

"Étant experte dans le secteur de la beauté et très attirée par l'univers du digital, créer mon blog beauté m'est apparu comme une évidence. Aussi me suis-je vite lancée dans cette aventure 2.0. Au départ par passion, comme beaucoup de blogueurs. Après quelques mois d'activité et en fonction du succès, un blog peut constituer un revenu complémentaire. Cependant, très rares sont ceux qui en vivent. Être entrepreneur et blogueur relève du challenge, mais demeure réalisable pour tous ceux qui, comme moi, sont des passionnés."

Blogueur et entrepreneur

Un blogueur peut se rémunérer de différentes façons. Le fait d'écrire des billets sponsorisés, de communiquer sur des événements exclusifs, ou encore de faire de l'affiliation, sont par exemple des sources de revenu pour un blog. J'ai voulu rester libre en ne me faisant pas rémunérer pour la rédaction de mes articles par les marques de cosmétiques ou autres. Je trouve d'autres moyens comme l'affiliation, qui consiste à percevoir une commission s'il y a une vente sur un produit que j'aime et que je recommande. Parallèlement à mon blog, j'ai créé récemment ma start-up pour lancer l'application mobile My Beauty Community. Comme pour le groupe Facebook, elle est destinée au consommateur de produits de beauté, mais permet de mieux organiser ses demandes, coups de coeur et achats. Cette activité devrait aussi générer des ressources en B to B grâce à la data récoltée ou encore aux partenariats mis en place avec les plateformes d'affiliation. Ainsi, même si un blog ne nous rémunère pas tout de suite, ou que très peu, c'est souvent un tremplin pour lancer d'autres activités satellites par la suite...

Retrouvez l'intégralité du texte de Marine Chevalier dans le livre "Et si demain..." :


LOGO-50ANS-ISG-01-2017-BLEU.png1967 - 2017 : L'année des 50 ans de l'ISG

Nous accueillons aujourd'hui 3 500 étudiants par an au sein de 9 programmes sur des campus à Paris, dans 7 villes en régions, et à l'International, dès la rentrée prochaine. Notre développement se poursuit grâce à notre réseau de 160 universités partenaires, implantées dans 56 pays, mais aussi grâce à l'implication de nos 21 000 diplômés, actifs aux 4 coins du globe.

Et si demain... L'intelligence artificielle renforçait les relations entre les hommes

2017 est une année importante pour l'ISG, qui franchit l'étape symbolique d'un demi-siècle d'existence. Pour célébrer cet anniversaire, nous avons choisi de donner la parole à nos diplômés, hommes et femmes, de toutes générations, aux parcours divers en France et à l'International. Le livre « Et si demain », préfacé par Jacques Attali, réunit leur vision et leurs espoirs pour demain.

Miniature de l'image pour Alexandre Henneuse.jpgAlexandre Henneuse (ISG promo 2014), cofondateur de VICTOR & CHARLES a partagé sa vision d'un monde où l'intelligence artificielle renforçerait les relations entre les hommes :

"L'intelligence artificielle (IA) est la capacité d'une machine ou d'un robot à reproduire des fonctions que l'on attribue normalement aux animaux et aux humains. Aujourd'hui, cela concerne les domaines de la perception par les ordinateurs, la reconnaissance d'images, la compréhension de vidéos, de sons et de textes. L'intelligence artificielle se démocratise à tel point que 85 % des Français interagissent avec des systèmes d'IA, quand bien même deux tiers d'entre eux ne le savent pas.

Dans les quinezs prochaines année, l'IA va transformer le monde

Chez Facebook, Google et Microsoft, des systèmes de reconnaissance d'image permettent la recherche et l'organisation des photos et le filtrage d'images violentes ou pornographiques. Dans d'autres domaines, les progrès en vision par ordinateur ouvrent la voie aux voitures sans chauffeur aussi bien qu'à des systèmes automatisés d'analyse d'imagerie médicale. Ces avancées permettent notamment de détecter des mélanomes et autres tumeurs de manière plus fiable que par des radiologues expérimentés..."

Retrouvez l'intégralité du texte d'Alexandre Henneuse dans le livre "Et si demain..." :


LOGO-50ANS-ISG-01-2017-BLEU.png1967 - 2017 : L'année des 50 ans de l'ISG

Nous accueillons aujourd'hui 3 500 étudiants par an au sein de 9 programmes sur des campus à Paris, dans 7 villes en régions, et à l'International, dès la rentrée prochaine. Notre développement se poursuit grâce à notre réseau de 160 universités partenaires, implantées dans 56 pays, mais aussi grâce à l'implication de nos 21 000 diplômés, actifs aux 4 coins du globe.

Et si demain... L'open innovation démultipliait les opportunités

2017 est une année importante pour l'ISG, qui franchit l'étape symbolique d'un demi-siècle d'existence. Pour célébrer cet anniversaire, nous avons choisi de donner la parole à nos diplômés, hommes et femmes, de toutes générations, aux parcours divers en France et à l'International. Le livre « Et si demain », préfacé par Jacques Attali, réunit leur vision et leurs espoirs pour demain.

Isabelle Edessa.jpgIsabelle Edessa (ISG promo 1988), responsable open innovation et relations extérieures du BUSINESS LAB, GROUPE PSA, a partagé sa vision d'un monde où l'open innovation démultiplirait les opportunités :

"Le monde connaît une véritable transformation numérique qui bouscule l'ensemble des secteurs comme l'éducation, la santé, les loisirs... et la mobilité. L'environnement technologique et économique évolue rapidement. De nouveaux usages se développent, de nouveaux acteurs apparaissent. Face à ces bouleversements, pour innover plus vite et répondre aux attentes des consommateurs sans cesse renouvelées, les entreprises ont développé des dispositifs inédits ouverts sur l'extérieur et ont ainsi favorisé la mise en place d'une démarche open innovation.

S'ouvrir sur l'extérieur

L'open innovation, c'est savoir dépasser ses propres frontières et aller au-delà de son territoire. C'est être en mode écoute, réactif et audacieux face aux changements du monde extérieur, aux besoins du client ou face à l'émergence de nouvelles technologies. Prenons l'exemple de la 3D, qui réinterroge non seulement les process de fabrication, mais qui met en perspective des produits et services émergents. Pour une entreprise, s'engager dans une démarche open innovation, c'est s'ouvrir sur l'extérieur, innover avec les clients, les PME, les universités et les laboratoires. C'est se connecter aux écosystèmes des start-ups en pleine expansion partout dans le monde. L'open innovation permet de détecter de nouvelles opportunités technologiques ou business, d'enrichir ainsi son portefeuille d'innovations..."

Retrouvez l'intégralité du texte d'Isabelle Edessa dans le livre "Et si demain..." :


LOGO-50ANS-ISG-01-2017-BLEU.png1967 - 2017 : L'année des 50 ans de l'ISG

Nous accueillons aujourd'hui 3 500 étudiants par an au sein de 10 programmes sur des campus à Paris, dans 7 villes en régions, et à l'International, dès la rentrée prochaine. Notre développement se poursuit grâce à notre réseau de 160 universités partenaires, implantées dans 56 pays, mais aussi grâce à l'implication de nos 21 000 diplômés, actifs aux 4 coins du globe.

Abonnez-vous
Suivez l'actualité
de l'école

Recherche

Chercher dans ce blog :

Archives

ISG approprie-toi le monde

A propos de l'ISG :

L'Institut Supérieur de Gestion (ISG), membre de IONIS Education Group, créé il y a près de 50 ans est une Grande Ecole de Commerce, visée par l'Etat, membre de la Conférence des Grandes Ecoles et du Chapitre des Ecoles de Management. Le diplôme Grande école de l’ISG est visé Bac+5 et confère le Grade de Master. Sa pédagogie innovante et en phase avec les entreprises est au service de sa mission : former des managers responsables, créatifs, entreprenants et aptes à évoluer à l’International. L’ISG s’appuie sur un réseau de 125 universités partenaires dans 50 pays et sur son association d’anciens élèves, comptant 20 000 diplômés. L'ISG propose des formations pour tous les profils, de Bac à Bac+5, mais aussi des programmes de formation continue et de VAE pour les personnes ayant déjà une expérience professionnelle. L’ISG forme chaque année près de 3 500 étudiants au sein de ses programmes. Depuis sa création, l'ISG a acquis une reconnaissance internationale, il est membre de l'EFMD, de l'AACSB de CLADEA, de l' AmCham et partenaire de l'UNIDO. Son laboratoire de recherche, le GRiiSG, a pour thèmes de recherche principaux : entrepreneuriat et marché, management et innovation et management des risques.
ISG. Make the world yours.